Le pulpitum : le petit mur sous la scène

Sabratha

Le pulpitum : le petit mur sous la scène

Maintenant descendons tout en bas pour regarder le pulpitum : c’est ce petit mur qui se trouve sous la scène. Nous nous retrouvons en bas, face à la scène

Vous êtes à présent dans l’orchestra, entre la scène et la cavea. L’orchestra était ronde chez les Grecs, puis devint ovale chez les romains. Retournez-vous face aux gradins. Sur le sol et sous le parapet qui isole l’orchestra des gradins, vous voyez quelques marches de très faible hauteur qui adoptent l’arrondi. Cet espace s’appelle le balteus. C’est ici que l’on installait, sur des sièges mobiles, les hôtes de marque. Regardez les extrémités de ce parapet : vous voyez des sculptures de dauphins, image tout à fait appropriée à un site portuaire. Retournez-vous cette fois vers la scène et intéressons-nous à cet écran de marbre. Vous voyez qu’il comprend des niches de forme alternativement curviligne et rectiligne. Pourquoi cela à votre avis ? Et bien pour garantir une excellente acoustique. Car la voix des acteurs s’élançait vers la cavea, puis revenait vers la scène et ces niches du pulpitum la renvoyait de nouveau. Cet effet correspond à des lois physiques qui furent mises en équation il y a peu de siècles seulement. Mais les Romains, à force d’observations, réussirent à les mettre en place.
Maintenant, approchez-vous de la 1re grande niche curviligne en partant de la gauche.

Plusieurs personnages féminins sont représentés, au nombre de 9, même si l’un d’eux est très incomplet. Ce sont les 9 Muses, ces 9 divinités gréco-romaines des arts et des lettres. De gauche à droite, nous voyons ou devinons : Polymnie, muse de la poésie lyrique, Uranie, muse de l’astronomie, Euterpe, celle de la musique, Thalie, muse de la comédie, Melpomène celle de la tragédie, Erato, muse de l’élégie, Clio celle de l’histoire, Terpsichore de la danse et Calliope -muse de l’éloquence. Une iconographie qui renvoie à la nature intellectuelle du lieu. A présent, placez-vous face à la niche centrale qui est également curviligne.

Regardez à gauche ; on y voit une scène de libation –de fête arrosée dirions nous aujourd’hui. Et à droite maintenant : on voit un sacrifice de taureau. Ces scènes et particulièrement le sacrifice du taureau montrent l’importance de l’événement qui est ainsi honoré. Alors de quel événement s’agit-il ? La réponse est au centre. Regardez. On y voit 2 figures féminines. Elles incarnent les cités de Rome et de Sabratha. Et le geste de leurs mains qui se croisent indique leur rencontre, en présence de soldats. C’est une scène à caractère politique montrant la domination romaine. Placez-vous maintenant juste à droite, devant la niche rectiligne. On aura une bonne vision des intervenants dans ce lieu. Car voyez sur la coté gauche : ce sont 2 masques de comédie. Très bien dessinés. Au centre maintenant : ce sont 2 acteurs qui se font face dans une scène de tragédie. Et enfin, regardez sur le côté droit :ce sont 2 masques tragiques. On voit ici nettement l’important trou devant la bouche.
Enfin, de chaque côté de l’orchestra se trouve une parodos, une entrée latérale, utilisée par les spectateurs de marque pour accéder aux gradins du balteus.
Vous pouvez bien sûr monter sur la scène, de manière à mieux apprécier l’ampleur du front de scène, les colonnes et le travail de sculpture des chapiteaux. Profitez de votre temps dans ce cadre vraiment exceptionnel. Pour sortir du site, en quittant le théâtre, allez en diagonale sur votre gauche.


<< 25 - La Cavea : l’espace ...         

Sommaire complet du dossier :