Nicolas 1er

Saint-petersbourg : du champ de mars a la place des arts

Nicolas 1er

Venons-en maintenant à l'église de la Résurrection du Christ qui d'ailleurs porte aussi le nom de Cathédrale du Sauveur-sur-le-sang-versé. Elle a été commandée par le tsar Alexandre 3 et a été érigée à l'endroit même où son père Alexandre 2 était tombé, victime d'un attentat à la bombe, le 1er mars 1881. Décidément, on meurt souvent de façon violente dans la famille Romanov. L'assassinat a été revendiqué par le mouvement Narodnaia Volia ou "La Volonté du Peuple".
2 mots d'histoire avant de parler de l'église proprement dite. Tout commence avec la Révolte des décembristes qui exigeaient notamment une constitution pour le pays. Cette révolte est réprimée dans le sang sur ordre de Nicolas Ier qui vient de monter sur le trône. Nous sommes en décembre 1825. Dès lors, toute la Russie doit se soumettre au rêve de cet homme qui a une vision plutôt militaire du gouvernement des hommes, vision qu'on peut résumer par "Marche droit ou gare à toi!" si on veut faire court. Sous son règne apparaît alors une idéologie officielle qui repose sur 3 mots d'ordre :
Orthodoxie, Autocratie, Génie national : On arrête de regarder vers l'Occident et de chercher à imiter les comportements de ces étrangers. On arrête de reprendre les idées de la Révolution française véhiculées par les philosophes et les artistes. On arrête de nier les valeurs et les richesses de la Russie. Bref, retour à la tradition, tant culturelle que religieuse ou sociale! ON voit alors apparaître un mouvement slavophile et même nationaliste. Et bien sûr les choses ne changent guère : 30 ans plus tard, en 1855, à la fin du règne de Nicolas 1er , la censure règne en maître, le servage demeure, car les serfs constituent la principale richesse des nobles, et enfin, la Russie a été saignée à blanc par la très longue guerre du Caucase, appelée aussi la guerre de Crimée, qui a duré de 1816 à 1849. Alors très vite apparaissent des mouvements extrémistes qui, faute de liberté d'expression, utilisent les attentats pour imposer leurs idées. Nicolas Ier se suicide en1855 et reconnaît son impuissance et son échec sur son lit de mort. Son fils aîné Alexandre 2, qui lui succède, va entreprendre d'importantes réformes. D'ailleurs, il est surnommé le "Libérateur" car c'est lui qui a aboli le servage en 1861. Malheureusement, ses réformes arrivent tardivement et leurs mises en œuvre rencontrent de nombreux obstacles. Et surtout, elles ne touchent pas à l'autocratie : le pays n'a toujours pas de constitution. C'est ainsi que les attentats contre le tsar se multiplient et après 7 tentatives, la 8e atteindra son but. Son fils, Alexandre 3, monte alors sur le trône. Traumatisé par la mort de son père, il exige que soit érigée une église à l'endroit exact de l'attentat, avec l'autel placé à l'endroit même où son père était tombé. D'où son nom de cathédrale sur-le-Sang-Versé. Et c'est ainsi que cette église a été construite sur le bord du Greiboiedov.


<< 15 - Les grilles bordant ...         17 - L’église de la Résur... >>

Sommaire complet du dossier :