Le Palais Michel

Saint-petersbourg : du champ de mars a la place des arts

Le Palais Michel

Déplaçons-nous encore vers la droite pour nous trouver en face du Palais Michel que nous avons repéré tout à l'heure. Il occupe pratiquement toute une façade de la place derrière sa grille.

Le Palais Michel est aujourd'hui le musée de l'art russe de Saint-Pétersbourg. Ses collections vont de la peinture d'icône à la peinture d'avant-garde du début du 20ème siècle.
Sinon, le palais s'appelle Michel parce qu'il a été construit pour le Grand Duc Michel, le dernier des fils de Paul 1er et donc le frère cadet d'Alexandre 1er et de Nicolas 1er. Parlons maintenant de l'auteur du palais, l'architecte Karl Rossi qui a laissé de très nombreuses traces à Saint-Pétersbourg. En effet, il était l'architecte préféré d'Alexandre 1er et avait pour mission de créer un style assez sobre pour unifier l'aspect architectural de la ville, alors très hétéroclite. Rossi a ainsi développé un style qui va marquer la ville et dont toutes les caractéristiques se retrouvent ici, dans ce palais.
Alors, parlons de cette architecture : quelles sont ses caractéristiques ?
Qu'est-ce qui vous frappe à 1re vue ? Son élégance ? Voyons comment sa façade principale est structurée : Qu'est-ce qui domine : la ligne droite ou la ligne courbe ? Là pas d'hésitation possible : la ligne droite tant au plan horizontal que vertical.
Nous allons maintenant décrire ce palais construit autour des années 1820 par Rossi. Au plan vertical que remarque t-on ? qu'il y a 2 niveaux : regardons le niveau inférieur : nous voyons une succession d'arcades en pseudo-pierres à bossages, prolongées de part et d'autre par des pseudo-arcades. Pourquoi pseudo arcades ? et bien, car les arcades sont en réalité occupées par des fenêtres. Continuons :
Regardons au niveau supérieur maintenant : vous voyez une succession de colonnes pseudo monumentales (on parle de colonnes monumentales quand elles s'élèvent sur 2 niveaux, mais ici elles ne couvrent qu'un niveau de fenêtres). Alors ? Toujours pas d'idée sur les références ?
Au plan horizontal maintenant : que voit-on ? Nous voyons que la linéarité de la façade est rompue par 3 avant-corps. Regardez l’avant-corps central : il est marqué par de belles arcades, surmontées de 8 colonnes et le tout est chapeauté par un tympan triangulaire orné de bas reliefs inspirés de la mythologie classique. Un bel avant-corps donc. Regardons maintenant ceux des côtés : sont-ils traités de la même façon que le 1er ? Eh non bien sûr: nous voyons bien que les arcades et colonnes de la partie centrale ont disparu de même que le tympan avec ses bas-reliefs …En fait, ces 2 avant-corps sur le côté servent à rompre la monotonie de cette longue façade, mais en même temps, ils ne doivent pas concurrencer le centre. Donc ils sont très simple. L’œil va cogner contre eux, n’est accroché par rien de particulier et revient vers le centre.
Bref : Que dire du style de ce bâtiment compte tenu de tout ce qu'on a vu : baroque ? Non, rien de baroque ici quand on se rappelle que le baroque repose notamment sur les courbes et contre-courbes. Alors classique ? Oui bien sûr avec la domination de la ligne droite, la couleur blanche ou crème, et surtout, les colonnes et arcades, le tympan triangulaire décoré de bas-reliefs dans le plus pur style grec… Le matériau est encore et toujours la brique, mais qui est systématiquement recouverte d'un enduit peint en jaune pâle qui contraste discrètement avec le blanc des éléments de décor. On est loin aussi du style néo-russe dont on vient de parler. On se situe en fait siècle avant ce rejet du classicisme. Au contraire, celui-ci trouve ici son apogée avec Alexandre 1er très amateur non seulement de l'antique, mais plus précisément de l'antique grec. Et Rossi a construit ce palais entre 1819 et 1825. L'ensemble est une belle illustration de ce style néo-classique propre au règne d'Alexandre 1er.


<< 20 - Les arts présentés s...         22 - La Philharmonie Chos... >>

Sommaire complet du dossier :