Le fleuve de la Neva

Saint-petersbourg : l'ile vassilevski

Le fleuve de la Neva

Sur l'île Vassilevski, à la Strelka, la Néva se divise en 2 pour aller se jeter dans le Golfe de Finlande. Maintenant, installons-nous confortablement tout au bout de la pointe et faisons face à l'île.

Nous avons devant nous un grand bâtiment gris et blanc en forme de temple grec : il s'agit de l'ancienne Bourse maritime aujourd'hui devenue le Musée central de la Marine de Guerre. "Bourse maritime", "Marine de guerre" : Voici 2 expressions clés qui soulignent l'importance de la marine à Saint-Pétersbourg et qui mettent le doigt sur la fonction essentielle que Pierre Le Grand entendait faire jouer à cette île en particulier. Nous aurons l'occasion d'en reparler, mais avant, escaladons les 2 volées de marche de la Bourse pour avoir une jolie vue d'ensemble de cette partie de la ville.

Nous sommes en haut des marches qui devancent la Bourse maritime. Faisons un tour d'horizon de ce que nous pouvons apercevoir de là où nous sommes. Pour cela, tournons le dos à la Bourse et observons. Un élément essentiel de la ville de Saint-Pétersbourg s'impose à notre regard : c’est la Néva, ce fleuve qui vient buter sur l'île et se diviser en 2 avant d'aller se jeter derrière nous dans le golfe de Finlande.

3 informations sur ce fleuve aideront à comprendre son rôle fondamental dans l'histoire de la Russie. Il est entièrement navigable. Il a très tôt fait partie d'un réseau fluvial qui mettait en relation les 5 mers qui encadrent l'ancienne Russie : Mer Baltique (qui prolonge le Golfe de Finlande), Mer Blanche (sur laquelle donne Arkhangelsk, principal port de Russie avant la fondation de Saint-Pétersbourg), Mer Caspienne qui ouvre sur l'Orient, Mer d'Azov et Mer Noire qui ouvrent sur le monde méditerranéen. Bref, la Néva est une artère essentielle de la Russie et c’est Saint-Pétersbourg qui la contrôle. Mais, et c'est la 3ème information importante, elle était sujet à des crues terribles dont certaines ont laissé une empreinte profonde à Saint-Pétersbourg.

De là où nous sommes, nous voyons la Néva se diviser en 2 bras qui encadrent l'île Vassilevski. A votre gauche : la Petite Néva et à votre droite : la Grande Néva. Ce fleuve entièrement navigable a joué à ce titre un rôle essentiel dans la formation puis l'expansion de la Russie malgré sa longueur des plus modestes, jugez-en : à peine 72 km! . Son delta couvre 80 km² et se composait à l'origine de plus de 100 îles. Des travaux d'assainissement en ont réduit le nombre à 40 aujourd'hui.
La Néva peut atteindre 1 kilomètre de large à Saint-Pétersbourg. C’est dire combien le fleuve est immense! Mais sa largeur est très variable et à certains endroits elle n'est que de 200 mètres… Il charrie autant d'eau que le Dniepr et le Don réunis, soit de 74 à 100 000 m3/an, ce qui est énorme. Avec de tels débits, on peut imaginer quelle catastrophe peut représenter une inondation! C'est ainsi que depuis sa fondation, Saint-Pétersbourg a connu plus de 300 crues dont la plus importante et la plus meurtrière est celle de novembre 1824. La seconde en importance date de septembre 1924. Ces inondations ont toujours lieu en automne et non au printemps avec la fonte des neiges comme on pourrait le croire. En effet ce sont les vents marins d'automne qui les provoquent, car ils sont si puissants qu'ils refoulent les eaux du fleuve vers l'amont (donc dans le sens contraire de son écoulement naturel, vers le golfe). Et comme la région traversée par la Néva est pratiquement au même niveau que la mer et n'a aucun relief, les eaux, qui ont déjà naturellement tendance à s'étaler dans le delta se gonflent et se répandent vite sur les terres voisines qu'elles inondent.

Le fleuve n'est alimenté que par une seule source : le Ladoga, immense lac situé à 72 km à l'est de la ville. Lui-même est alimenté par 3500 rivières, dont le Svir qui lui apporte les eaux d'un autre lac important, le Lac Onéga, située encore plus à l'est. Ce lac est alimenté par différentes rivières, etc., tant et si bien que la Neva appartient aux grands axes historiques de circulation fluviale. Signalons celui qui est connu sous le nom de "la Route des Varègues aux Grecs" qui reliait la Baltique à la Mer Noire et qui était si active entre les 10ème et 13ème siècles. Mais ne croyez pas que c'était si simple à l'époque : sachez que cette route fluviale était discontinue, ce qui signifie qu'il fallait tout le temps passer d'une voie fluviale à une voie terrestre, avec toutes les marchandises à transvaser à chaque fois !!!. C'est pourquoi on a imaginé un système qui permettait de passer sans interruption d'une rivière à l'autre. Il suffisait (si on peut parler ainsi) de relier les rivières par des canaux dotés d'écluses. Le 1er système construit est le "système Marinski". Il a été commencé sous Pierre 1er, mais inauguré au 19ème siècle. Mais à peine était-il terminé qu'il devenait obsolète à cause des nouvelles dimensions des bateaux. C'est Staline qui décida de le rénover au prix de bien des vies humaines. Les travaux ont duré presque de siècle, pour être achevé sous Khrouchtchev. Aujourd'hui ce système est surtout exploité pour des croisières touristiques…

Revenons à la Neva et à ses ramifications : L'eau est partout à Saint-Pétersbourg, et les ponts sont nombreux. D'ailleurs, cette ville est souvent qualifie de "Venise du Nord". Elle nous semble inimaginable sans ses ponts, et pourtant, cela n'a pas toujours été le cas. En effet Pierre 1er, passionné de bateaux, rêvait de faire de la Russie une grande puissance maritime et fit tout pour que son peuple devienne un peuple de marins. C'est ainsi qu'il força les habitants de Saint-Pétersbourg à ne se déplacer qu'en barque en leur interdisant de construire des ponts ! Et vu le tempérament de Pierre, il n'était pas question de déroger à la règle de son vivant ! Et pourtant : que de problèmes de circulation cela a dû causer en période de gel et de dégel, quand la ville comptait encore plusieurs centaines d'îles. Aussi ne soyons pas surpris qu'à peine Pierre Ier mort un 1er pont apparut, puis un autre, puis un autre.

A propos des ponts : on répertorie 3 d'ici : l'un, sur votre gauche enjambe la Petite Neva, c'est le pont de la Bourse par référence au bâtiment qui lui fait face sur l'île ; l'autre, à votre droite, enjambe la Grande Neva, c'est le pont du Palais par référence au palais de L'Ermitage qui se trouve à sa gauche de l'autre côté du fleuve. Enfin, le 3ème pont, qui se trouve plus loin en face de vous, enjambe la Neva tout entière : c'est le pont de la Trinité, par référence à la Chapelle de la Trinité qui se trouve tout à côté. Ce pont en métal a été construit au début du 20e.


<< 2 - Saint-Pétersbourg, l...         4 - La Forteresse Pierr... >>

Sommaire complet du dossier :