La Bourse maritime

Saint-petersbourg : l'ile vassilevski

La Bourse maritime

Mais revenons à la Strelka et concentrons-nous sur ces monuments et constructions, témoins de cette époque. Commençons par ce bâtiment en forme de temple grec qui nous a servi de point de départ du rappel historique, c’est la Bourse maritime.
La bourse maritime a été construite entre 1805 et 1810 à l'emplacement d'une halle de commerce qui remontait, elle, à 1721 et qui a brûlé 40 ans plus tard - destin courant des constructions russes traditionnellement faites en bois, d'où l'"oukase" ou décret de Pierre exigeant que sa ville soit construite en pierre. Noble Oukase très certainement, mais il n’a pas résisté longtemps à la réalité géologique du pays : car il n’y a tout simplement presque pas de pierre dans les sous-sols des environs.
La Bourse repose sur un vaste socle de granit et 2 larges perrons permettent d'accéder aux façades. On l’a dit : l’époque aimait les références à l’antiquité. Et ici, avec ses colonnades qui l’entourent, le bâtiment lui-même rappelle un temple grec. Bon :! Cela dit l'architecte a pris bien des libertés avec le canon grec : par exemple, regardons les pentes du toit: elles sont si douces que le tympan triangulaire, habituellement au dessus des colonnes, est remplacé ici par une forme très aplatie à 5 cotés. Et en plus, pour créer une source d'éclairage pour l'intérieur, il perce son pseudo tympan grec à 5 cotés d'une ouverture semi-circulaire. Et enfin, la pierre des œuvres antiques est ici remplacée par de la brique couverte d'un enduit peint pour imiter la pierre. Et pourquoi ce maquillage ? Eh bien tout simplement parce que la brique est perçue traditionnellement comme un matériau pauvre et la pierre de taille, comme le matériau noble par excellence. Or comme la pierre était à la base de l'architecture des grandes capitales d'Europe occidentale, il fallait bien trouver un moyen de donner à Saint-Pétersbourg le standing digne de son rang...
Et maintenant, regardons au-dessus de la colonnade en avant de la fenêtre circulaire dont nous venons de parler. Là se détache un groupe sculpté. Vous le voyez ? Bien. Il représente Neptune, ou plutôt Poséidon si on veut toujours se référer à la culture grecque, qui sort de la mer avec son char entouré de 2 fleuves, la Neva et le Volkhov. Le volkhov est cette autre rivière navigable qui appartient à la "Route des Varègues aux Grecs ». Cette route est en fait la route maritime qui permettait d’acheminer les marchandises de la méditerranée à la Baltique. Sachez que sur la façade opposée, il y a aussi une sculpture, mais qui elle représente Mercure ou Hermès, dieu du commerce, avec les allégories de la Volga et du Dniepr, les 2 autres fleuves navigables qui ont favorisé le développement du commerce et donc de la Russie. Ainsi, comme on s’y attendait un peu, ces sculptures font bien référence à la fonction du bâtiment. L'institution a été fondée officiellement en 1805.
Aujourd'hui, le bâtiment devenu musée conserve une des plus anciennes collections du pays, avec notamment les modèles réduits de chacun des bateaux construits sur les chantiers russes. En effet un oukase de Pierre datant de 1709 exigeait la réalisation de telles maquettes.


<< 7 - L’île Vassilevski ...         9 - Les colonnes rostral... >>

Sommaire complet du dossier :