La statue d’Alexandre Pouchkine

Saint-petersbourg : l'ile vassilevski

La statue d’Alexandre Pouchkine

Faisons maintenant un petit détour par le quai Makarov, qui se trouve à votre droite, pour aller jusqu'à la statue du grand poète russe Alexandre Pouchkine. Pour cela, allez sur le trottoir côté Bourse puis tournez à droite et longez le musée de Pédologie puis continuez jusqu'à la statue du poète, deux bâtiments plus loin. Nous nous retrouvons là-bàs dans quelques minutes.

Nous voici devant le portrait du poète, mais aussi devant un bâtiment qui accueille aujourd'hui le Musée de la Littérature russe et l'Institut Pouchkine.
Puisque nous sommes là pour découvrir la ville, mais aussi la Russie, alors parlons de ce poète, l’un des plus célèbres qui soient.
Il est né en 1799. Tiens ! Comme la comtesse de Ségur, romancière russe célébrée en France pour ses "Malheurs de Sophie", des histoires qu’elle a écrites bien après la mort de Pouchkine. Elle avait émigré avec son père. L’histoire vaut la peine d’être racontée : son père, le comte Rostopchine, était gouverneur de Moscou. Et c'est lui qui a incendié la ville pour faire fuir Napoléon et son armée en 1812. Le tsar n'ayant apprécié que très moyennement cette initiative, il dû s'exiler. Mais dans une bonne partie de l’Europe, en revanche, il fut fêté pour avoir libéré l'Europe de Napoléon!
Mais revenons à Pouchkine : cet aristocrate est célébré dans son pays pour avoir porté la langue russe au sommet de ses possibilités poétiques. Parmi ses célèbres écrits en vers, il y a Eugène Onéguine dont le compositeur russe Tchaïkovski tira un opéra non moins célèbre, et le Cavalier d'Airain dont le sujet concerne Saint-Pétersbourg comme nous le verrons au cours de notre promenade. Il est aussi le 1er romancier de Russie avec notamment la fille du Capitaine, roman historique, et La Dame de Pique, pour ne citer que les plus connus. Il a écrit un drame Boris Godounov inspiré de l'histoire de la Russie, dont est tiré le célèbre opéra de Moussorgski.
Pouchkine est considéré comme le père de la littérature moderne. Le musée le la littérature et l’institut Pouchkine sont riches de ses œuvres et de celles de bien d'autres immenses auteurs russes du 19ème siècle qui lui ont succédé, comme Dostoïevski et Tolstoï.
Ces institutions occupent l'ancien bâtiment des Douanes portuaires. Il fut construit vers 1830 avec le matériau de prédilection : la brique, recouvert d'un enduit peint en beige clair. Pour l'instant, repérons de l'autre côté du quai les 2 lions qui encadrent l'escalier d'un débarcadère. Ce débarcadère servait aux anciennes Douanes portuaires. Il est possible d’aller voir ces lions de plus près ainsi que l'aménagement en granit des quais du fleuve.


<< 9 - Les colonnes rostral...         11 - Kunstkamera, le 1er ... >>

Sommaire complet du dossier :