Le Palais de Pierre 2

Saint-petersbourg : l'ile vassilevski

Le Palais de Pierre 2

Revenons sur nos pas sur le Quai de l'Université. C’est facile, c’est le quai qui longe la Néva.

Vous avez rejoint le quai de l'Université. Lorsque vous faites face à la Neva, tournez sur votre droite pour continuer la promenade au-delà du bâtiment des 12 Collèges. Passez un 1er palais sans vous arrêter et marchez jusqu'au palais suivant. Arrêtez-vous un peu plus loin devant ce palais de couleur grise. Il s'agit du palais construit pour Pierre 2, le petit-fils de Pierre le Grand.

Nous nous trouvons maintenant devant un palais de couleur verte et blanche. Traversons le Quai pour rejoindre le trottoir du côté de la Néva afin d'avoir un peu de recul sur le bâtiment.

Ce bâtiment était destiné à Pierre 2, le petit-fils de Pierre 1er. "Etait destiné" et non "a été occupé" car Pierre 2 n'a jamais occupé ce palais. Pourquoi ? C’est ce que nous allons voir maintenant. Penchons-nous à nouveau sur l'histoire de Saint-Pétersbourg et en particulier sur l'histoire de ceux qui, en cette 1ère moitié du 18ème siècle, étaient proches du pouvoir, afin d'avoir une idée des mœurs politiques d'alors.

Tout commence avec Pierre et son tempérament de feu. En effet, Pierre, fils du tsar Alexis et d'une femme de la puissante famille russe des Narychkine, avait été marié très tôt et selon son rang à une certaine Eudoxie dont il eut un fils, Alexis, né en 1690.
Mais Eudoxie appartient à une famille de boyards, ces aristocrates opposés, souvenez-vous, à toute réforme susceptible de remettre en question leurs avantages. Or Eudoxie se révèle très attachée à la tradition, et à sa famille. Enfin…, toujours est-il que très vite le couple se sépare et l'enfant reste avec sa mère. En 1698, alors qu'il vit avec une autre femme, Pierre force Eudoxie à prendre le voile et la fait enfermer dans un couvent puis dans le palais de Moscou. Là, son fils grandit sous influence de Boyards très critiques à l'égard de Pierre et sans que Pierre ne cherche à le revoir. Ainsi, chose qui semble étrange de la part de Pierre, il laisse l'enfant qui était destiné à lui succéder être élevé par ses opposants.
En 1711, ils marient Alexis à une princesse allemande tandis qu'en 1712 Pierre 1er se remarie avec une servante lituanienne et la fait sacrer impératrice sous le nom de Catherine, Catherine 1ère donc. Celle-ci lui donne plusieurs enfants, mais aucun héritier. Alexis, au contraire, se retrouve vite père d'un enfant qu'il prénomme Pierre. Pierre 1er comprend alors que ses successeurs se trouvent entre les mains de ses opposants qui veulent remettre en question ses réformes et commence à réagir. Il exige de son fils qu'il choisisse : ou bien il approuve sa politique de réformes et se prépare à en devenir le digne successeur, ou bien il renonce à jamais à ses droits au trône.
Alexis choisit de renoncer à ses droits et rejoint ses proches. Alors, l'année suivante, Pierre le Grand, qui s'est persuadé (à tort ou à raison) qu'un coup d'Etat se prépare, convoque Alexis. Celui-ci prend peur et s'enfuit en Autriche où il est accueilli par les Habsbourg. Pierre parvient à coups de bluff à le faire rentrer. N'obtenant toujours rien de lui, il le fait emprisonner à la forteresse Pierre et Paul. Torturé, Alexis meurt en 1718. C'est le petit Pierre, le fils d'Alexis, qui devient alors l'héritier en titre. Pierre 1er continue pourtant à ignorer son petit-fils. Il l'ignore si bien que quand il meurt en 1725, Pierre 1er n'a même pas désigné de successeur.
Commence alors une lutte de pouvoir entre les partisans de la politique de Pierre le Grand, représentés par Catherine, sa femme, et ses opposants représentés par son petit-fils Pierre, âgé de 9 ans. Finalement, ce sont les partisans de Catherine qui l'emportent : cette femme d'origine plus que modeste est portée sur le trône de l'Empire grâce aux manœuvres d'Alexandre Menchikov. Cet homme était le Gouverneur de Saint-Pétersbourg, mais surtout il était un ami intime du tsar défunt et…aussi l’ancien amant de Catherine. Et il avait tellement profité de sa position pour s'enrichir aux dépens des boyards qu'il avait tout à craindre d'eux. Aussi, non content d'avoir placé Catherine sur le trône, il s'arrange pour organiser la succession de la nouvelle tsarine. Il met tout en œuvre pour pouvoir avoir une influence sur l'éducation du petit Pierre et surtout sur ses relations. Comme il avait des filles, il décida que le jeune héritier deviendrait son gendre et s'en donna les moyens. Pour cela, il fit construire à proximité de son palais un hôtel particulier destiné à cet héritier, palais que vous avez devant vous.
Mais Pierre 2 n'aime pas Menchikov et se rapproche de la famille princière des Dolgorouki qui elle aussi nourrissait des espoirs pour leur fille ou nièce. Et quand Catherine meurt, après 3 ans de règne, les Dolgorouki profitent de la faveur de Pierre pour faire arrêter Menchikov et sa famille, s'arroger des sièges au gouvernement et fiancer la jeune princesse au tsar qui meurt de la variole un an plus tard, en 1730, à moins de 15 ans.
Ainsi donc, Pierre 2 n'a jamais habité ce palais qui lui était destiné.
Reportons maintenant notre attention sur la façade de ce palais. Nous remarquons tout de suite qu'il présente les mêmes caractéristiques que les bâtiments que nous avons décrits précédemment. Notons en particulier la régularité de la façade qui s'étire le long du quai, selon une ligne droite qui rappelle la rigueur toute protestante de ce baroque venu de l'Europe du Nord. Nous retrouvons aussi le principe qui veut que la façade soit régulièrement rythmée par le contraste coloré que produit la rencontre du vert du mur avec le blanc des pilastres et encadrements des ouvertures. Retenons enfin qu'on retrouve cette symétrie de la façade par rapport à son axe central et cette sobriété du décor d'où est totalement exclu tout jeu de courbe et contre-courbe.


<< 13 - Les 12 collèges : le...         15 - Le paysage urbain fa... >>

Sommaire complet du dossier :