La statue en bronze de Pierre 1er

Saint-petersbourg : la forteresse pierre et paul

La statue en bronze de Pierre 1er

Entrons maintenant dans la forteresse par la porte Saint-Pierre et prenons l’allée qui est dans le prolongement de la porte.

Nous sommes donc dans la forteresse. A droite et à gauche de l’allée ou plus en avant, nous ne voyons que des constructions : ainsi la citadelle abrite différents bâtiments. Ils sont plus ou moins anciens et offrent un intérêt inégal. C’est pourquoi nous n’en commenterons que quelques-uns. Commençons par celui qui borde l’allée à notre gauche : il s’agit de la Maison des Ingénieurs. C’est un grand bâtiment jaune construit selon les règles de l’époque, à savoir en briques recouvertes d’enduit peint et coiffé d’un toit en double pente en métal peint. En effet tout comme la brique a remplacé le bois pour, entre autres raisons, éviter les incendies, le métal a remplacé les toitures traditionnelles en bois. Il a été construit en 1748-49 sous le règne d’Elisabeth pour ses ingénieurs, et abrite aujourd’hui une annexe du Musée de l’Histoire de la ville : on peut y voir des collections relatives à la vie quotidienne de la Russie d’autrefois. Pour l'instant, avançons au-delà du musée, et retrouvons-nous au bord du petit jardin qui le suit, toujours sur votre gauche, là où se trouve la statue en bronze de Pierre 1er assis.

Nous voici donc devant la statue de Pierre 1er. Approchez-vous de ce bronze et regardez le bien. Il est très intéressant. De quand date-t-elle à votre avis ? Regardons le visage. Voyez comme il est ressemblant à celui qu’on connaît de Pierre 1er. En effet, l’artiste a utilisé le masque mortuaire du tsar pour le réaliser. On vous a donné une première indication : la statue a été faite après la mort du tsar. De plus, on retrouve de nombreux signes d’une sculpture contemporaine. Retrouvons les ensembles. Un 1er signe est donné par la composition : est-elle académique, avec un héros magnifié dans des poses et vêtements grandioses ? Évidemment, non : Pierre nous est montré sans chapeau ni perruque, seul et comme fatigué. 2ème signe : le physique est-il idéalisé ? Là encore, non. C’est plutôt le contraire. Voyez comme cette tête semble trop petite pour la stature, comme ce corps semble trop mince et effilé pour le fauteuil. Regardez les doigts aussi : trop longs et tout en os et ses grands pieds enfin, quand on sait que Pierre chaussait petit pour sa taille : du 41 dit-on alors qu’il mesurait 2,05 m!. Bref, on nous présente une Pierre qui porte en lui quelque chose de morbide avec ses mains squelettiques et cet air las, tout autant que monstrueux avec ces disproportions corporelles : on est très loin des représentations idéalisées du 18ème siècle. Cette statue est bien sûr de notre époque : la préoccupation de l’artiste vise clairement à provoquer une émotion chez le spectateur en faisant ressortir la vérité profonde et cachée du grand homme, qui vient contredire la grandeur apparente de l’homme en question. Et ici, quelle pourrait être cette vérité profonde ? À notre avis, ce qui émane de ce personnage, c’est plutôt une rudesse de caractère et une volonté surhumaine presque monstrueuse qui le ferait se battre contre les éléments physiques les plus puissants et finalement le ferait construire une ville de toutes pièces au milieu des marais à n’importe quel prix, humain ou financier. A vous de voir. Laissez vous pénétrer par ce que cette sculpture dégage : « J’ai compris, disait Rodin, que, autour du personnage représenté, il fallait faire imaginer comme un halo d’idées qui expliquent ce personnage. Et ainsi, l’art se prolonge en mystérieuses ondes ».
En fait, la sculpture date de 1990 : elle est l’œuvre d’un artiste russe contemporain, Mikhaïl Chémiakine : Né à Saint-Pétersbourg en 1943 puis émigré aux Etats-Unis, cet artiste est aujourd’hui reconnu pour ses sculptures et ses mises en scènes d’opéra. Chémiakine étant perçu en Russie comme une star de l’art contemporain, les autorités de la ville lui ont passé cette commande. Mais n’ayant guère apprécié cette représentation critique de leur tsar bien-aimé, elles ont décidé de la laisser ici, en attendant.


<< 7 - La porte Saint Pier...         9 - La place de l’église... >>

Sommaire complet du dossier :