La place de l’église des Saints-Pierre-et-Paul

Saint-petersbourg : la forteresse pierre et paul

La place de l’église des Saints-Pierre-et-Paul

Et maintenant, pivotez d’un quart de tour sur votre droite et reprenez l’allée et longez l’église qui se trouve sur votre droite jusqu’à la place sur laquelle ouvre le portail de cette église.
Nous sommes donc sur la place qui sert de parvis à l’église que vous avez long sur votre droite et dont ’vous avez sans doute depuis longtemps repéré la haute flèche dorée. Il s’agit de l’église des Saints-Pierre-et-Paul. Avant de commenter cette église, nous allons faire le tour d’horizon de cette place et parler du bâtiment sanctuaire de la barque de Pierre. Pour ce tour d’horizon, plaçons-nous, tout en écoutant ce texte, au milieu de la place, plus ou moins à mi-chemin entre l’église et l’Hôtel de la Monnaie qui lui fait face’’, peut-être un peu plus à droite.

A gauche de l’église des Saints-Pierre-et-Paul mais sur la place elle-même, nous pouvons remarquer une petite maisonnette isolée: il s’agit du « Pavillon du bateau de Pierre le Grand ». Pourquoi ce nom ? Et bien tout simplement parce qu’il a été construit pour abriter un bateau de Pierre. En effet, ce bâtiment à un niveau a été construit vers 1765, donc au début du règne de Catherine 2, pour abriter la barque avec laquelle Pierre s’était initié à l’art de la navigation. C’était sur un affluent de la Moskova car à cette époque Pierre habitait avec ses parents à Moscou. On ne le redira jamais assez mais Pierre était obsédé par la marine. D’où St Pétersbourg, d’où la construction d’une flotte, etc. Déjà tout jeune, il s’entrainait sur cette barque : Il tenait lui-même la barre de cette grosse chaloupe hollandaise, tandis que des matelots étaient aux avirons. Les Russes surnomment Pierre : le « grand-père de la flotte russe ». Catherine vénérait Pierre 1er et se considérait comme son héritière spirituelle à défaut d’en être son héritière légitime. Rappelons qu’elle est allemande d’origine et qu’elle a épousé le petit fils de Pierre le Grand qu’elle a fini par faire assassiner pour régner à sa place. C’est pour faire oublier cela, et souligner au contraire qu’elle respectait l’héritage spirituel de Pierre qu’elle veillait à préserver les témoignages de la personnalité de ce visionnaire comme de véritables reliques. Ainsi en est-il de cette chaloupe.
Revenons au bâtiment lui-même : il est d’un style typique du début du règne de Catherine 2: Catherine détestait le baroque alors qu’Elisabeth, la tsarine précédente, le vénérait. Que reste-t-il de baroque ici ? Voyons d’abord les couleurs choisies : le moins que l’on puisse dire est que le contraste est léger entre le jaune des murs et le blanc des décors. Le baroque n’est donc pas à chercher dans les couleurs. Quant à l’architecture, elle est classique à la base : voyez les petits côtés du bâtiment. Comme ils sont plus ou moins identiques, on va aller voir celui de droite, là où se trouve la porte d’entrée. Pour cela déplacez-vous vers le bâtiment et placez-vous face à la porte d’entrée.

D’abord un portique à colonnes surmonté d’un tympan triangulaire qui encadre la porte d’entrée au centre de la façade. Précisons qu’un portique est un espace couvert compris entre des colonnes et un mur. Ensuite, vous remarquez des pilastres aux angles, et enfin des pseudo-arcades, ici occupées par la porte et les fenêtres.’’ eh bien tous ces éléments sont caractéristiques du classique. Cette référence à l’antique est renforcée par les chapiteaux doriques des colonnes et pilastres. ’Le style dorique nous vient tout droit de l’antiquité grecque : c’est un style sans fioritures ni décors (par différence avec les styles ionique et corinthien élaborés également dans l’antiquité) : Les fûts des colonnes -ou piliers- sont lisses et sont surmontés de chapiteaux carrés et sans décor. Cette référence à l’antique est très prisée par Catherine et l’élite de son temps. ’’Notons toutefois quelques éléments décoratifs, comme le contour des pseudo-arcades discrètement souligné par des stucs peints en blanc, qui introduisent un peu de baroque dans l’ensemble. De même que l’architecture du toit, relativement complexe. Finalement ce bâtiment du début du règne de Catherine 2 traduit bien le refus des splendeurs du baroque élisabéthain au profit d’un classicisme qui n’est pas du plus pur, mais qui évoluera sur près d’un siècle. Remarquons pour finir que le bâtiment est surmonté depuis 1891 d’une statue en bois qui représente une allégorie de la Navigation. Elle est due à David Jansen.
C’est là dans ce bâtiment transformé en boutique de souvenirs que se vendent les billets pour la visite de l’église, de la prison et des musées (c’est un billet unique). La barque que vous y verrez n’est qu’une copie de la chaloupe de Pierre, l’original se trouve au Musée de la Marine, sur île Vassilevski.


<< 8 - La statue en bronze ...         10 - L’hôtel des monnaies... >>

Sommaire complet du dossier :