La Porte Saint-Nicolas

Saint-petersbourg : la forteresse pierre et paul

La Porte Saint-Nicolas

Nous sommes donc devant l’entrée de la prison et nous allons terminer le tour de la citadelle par la porte qui mène au second des ponts qui ’relie l’île aux Lièvres à la ville. Quand nous avons la porte de la prison dans notre dos, il faut prendre l’allée sur la gauche et marcher entre la muraille et l’arrière de l’Hôtel des Monnaies. Sur notre gauche, nous allons bientôt apercevoir une autre porte percée dans la muraille, la Porte Saint-Basile (ou Vassili en russe, prénom qui vient du mot grec Basileus qui veut dire roi) : cette porte fait face à l’île Vassilevski, la plus occidentale des îles de la ville où Pierre envisageait de placer le centre économique et politique de sa nouvelle capitale. Continuons à longer les murailles au-delà de cette porte et retrouvons-nous à la porte suivante, la Porte Saint-Nicolas qui donne sur la place du Parvis de l’Eglise Saints-Pierre-et-Paul.

Nous sommes à la Porte Saint-Nicolas. Et pour commencer qui est ce saint ? C’est un Saint plus ou moins légendaire qui aurait été évêque de Myre en Asie Mineure au 3ème siècle de notre ère. Il aurait accompli un certain nombre de miracles ayant trait notamment à la mer, ce qui en a fait le patron des marins. Passons sous la porte et prenons une des allées qui part vers la droite pour nous rapprocher du bras d’eau afin de mieux voir les monuments qui bordent l’autre rive.

Nous nous trouvons en bordure du bras d’eau qui sépare l’île aux Lièvres de l’île Petrograd. En face de nous se trouve un grand espace boisé qui contient le parc zoologique de la ville. Et plus à droite, se trouve un grand bâtiment en brique, c’est le Musée de l’Artillerie qui a été installé dans les murs de l’ancien Arsenal. A l’origine, il y avait à cet endroit une sorte de fortification en terre, ou kronwerk, construite de 1705 à 1708 en vue de doubler la défense de la forteresse Pierre et Paul. Ce kronwerk a été reconstruit en brique au 18ème siècle et on y a installé alors un arsenal. Puis, en 1856, on y a installé les collections militaires. Avancez sur l’allée en vue de vous rapprocher du pont Saint-Jean par lequel nous sommes arrivés. Avancez jusqu’à vous trouver au niveau de ce musée de l’Artillerie.

À droite de cet ancien Arsenal, il y a un petit espace boisé fermé par une grille et à l’intérieur duquel on peut apercevoir une sorte d’obélisque qui se distingue des arbres environnants par sa couleur blanche. Il mesure environ 3 m de haut. Cet obélisque témoigne d’un moment dramatique de l’histoire de Saint-Pétersbourg. En effet, c’est là qu’ont été pendus les 5 meneurs de la révolte des Décembristes qui a eu lieu en décembre 1825, au moment où Nicolas 1er prenait le pouvoir. Cette révolte, déclenchée par des officiers qui réclamaient une constitution pour le pays, a été écrasée dans le sang, et ceux qui y ont été mêlés et qui n’en sont pas morts ont été exilés en Sibérie, près du lac Baïkal. Le monument date bien sûr de la période soviétique. Derrière et autour de ce monument commémoratif, nous pouvons voir les arbres du parc Alexandre au-delà duquel se trouve la station de métro par laquelle vous êtes peut-être arrivés. Notre promenade est terminée. Vous pouvez rejoindre le point de Rendez-vous initial, au Pont Saint-Jean en longeant le bord de l’île sur votre droite, et aller visiter le musée d’Histoire devant lequel nous sommes passés au début de notre promenade, il est aussi possible de retraverser la citadelle.


<< 21 - La prison de la cit...         

Sommaire complet du dossier :