À propos du quartier de la basilique

Sainte-marie majeure

À propos du quartier de la basilique

Avant de pénétrer dans la basilique, faisons un point sur le quartier où nous nous trouvons et sur son histoire. Pour cela, prenons le temps de nous asseoir un instant, peut-être sur les marches de la fontaine au pied de la colonne de la Vierge ?

Ici, nous sommes sur le Cispio, qui est le sommet le plus élevé de la colline de l’Esquilin, l’une des sept collines de la Rome antique. A l’époque de la construction de Sainte-Marie Majeure, le quartier était assez déserté, ce qui permettait à l’église de dominer la ville. C’était bien sûr volontaire, la construction de l’église était une affirmation du culte de la Vierge. Nous y reviendrons plus tard.
Dans l’Antiquité, tout ce quartier, situé au nord de la ville, était une des limites extrêmes de l’agglomération. Jusqu’au premier siècle avant Jésus-Christ, on ne trouvait ici que des jardins et quelques cimetières pour les esclaves. Parmi ces jardins, celui d’un chevalier Romain, ami de l’empereur Auguste. Ce chevalier, connu comme grand protecteur des lettres et des arts avait pour nom Mécène. De là bien sûr nous vient le mot « mécène ». Le chevalier Mécène fit entièrement réaménager le quartier à ses frais, le transformant en un grand parc impérial, qui attira plusieurs célèbres écrivains, comme Horace ou Virgile. A partir de la chute de Rome, le quartier sera détruit bien des fois par les Goths, les Francs, les Normands. Il faudra attendre la fin du 16ème siècle pour assister à un renouveau du quartier. A cette époque, le pape Sixte Quint imagina tout un plan de réorganisation urbaine de la ville. On peut dire que c’est à lui que Rome doit en grande partie son visage moderne. Il fit percer des rues, construire des palais et des églises, aménager de nombreuses places. Et bien sur, dans ce quartier l’aménagement s’élaborera autour des basiliques de Sainte-Marie Majeure et de Saint-Jean de Latran. Ainsi, l’église est encadrée de deux places. La place Sainte-Marie Majeure du côté de l’entrée de l’église, et la Place de l’Esquilin, de l’autre côté. C’est là-bas que nous terminerons notre visite.


<< 2 - Sainte-Marie Majeure...         4 - Les origines de l’ég... >>

Sommaire complet du dossier :