Définition de la basilique

Sainte-marie majeure

Définition de la basilique

Le Pape Sixte 3 fit ériger l’église entre 432 et 440, c’est-à-dire au lendemain du concile d’Ephèse ! Au point le plus élevé de la ville ! Sainte-Marie Majeure est bel et bien pensée et construite pour consacrer le culte de la Vierge et annoncer la victoire de Rome sur Nestor. Les empereurs romains construisaient des arcs de triomphe après une campagne victorieuse. Et pour les papes, c’était des églises. C’est aussi pourquoi Sainte-Marie Majeure porte le titre honorifique de «basilique».

Alors qu’est ce que c’est qu’une basilique ?

A l’origine, le mot « basilique » vient du mot grec « basilikos », qui signifie « royal». Dans la Rome païenne de l’Antiquité, une « basilica » n’avait donc rien de chrétien. Il s’agissait d’un grand bâtiment rectangulaire, où se tenaient des marchés en tout genre par mauvais temps. On y rendait aussi la justice. Une des extrémités du bâtiment prenait l’aspect d’une grande niche de plan semi-circulaire, ou abside. Dans cette abside, siégeait l’empereur ou son représentant. Plus souvent encore, on y trouvait une statue de l’empereur pour rappeler que le représentant parlait en son nom. C’est pourquoi le bâtiment est dit « royal.» Une basilique païenne n’était donc rien d’autre qu’un grand forum couvert. Elle se présentait comme une grande salle rectangulaire, ou nef, l’entrée se faisant par un des petits côtés. Le petit côté opposé à celui de l’entrée était, comme nous l’avons vu, occupé par l’abside. Entre l’entrée et l’abside, la salle s’étendait, bordée sur ses deux longs côtés par deux rangées de colonnes. La nef était donc divisée en trois parties, avec une nef centrale assez large, et deux nefs latérales, plus étroites et plus basses de plafond. En bref, exactement le même espace que ce que nous voyons devant nous.
Au 4ème siècle, quand le christianisme put enfin commencer à s’exprimer librement, les premières églises s’inspirèrent simplement de ce plan tel quel, pratique et fonctionnel. Dans l’abside, l’empereur y fut simplement remplacé par l’autel et le clergé. C’est pourquoi l’on parle de «basiliques» paléochrétiennes.
En outre, pris dans son sens littéral de portail « royal », la basilique est un titre honorifique conféré par le pape à certaines églises particulièrement importantes, soit qu’elles soient liés à un événement important, soit qu’un grand saint ou un autre personnage d’envergure y ait joué un rôle ou y soit enterré. Il existe beaucoup de basiliques à travers le monde. A Rome même, il y en a 25. Sur ce vaste ensemble, seules 4 basiliques sont dites « majeures », c’est-à-dire qu’elles reçoivent les honneurs tant des catholiques romains que des patriarches des églises d’Orient. Toutes les quatre se trouvent à Rome. Il s’agit de Saint-Jean-de-Latran, Saint-Pierre, Saint-Paul-hors-les-murs et Sainte-Marie-Majeure. Toutes les autres basiliques, à Rome comme dans le reste du monde, sont dites « mineures. »


<< 4 - Les origines de l’ég...         6 - Sainte-Marie Majeure... >>

Sommaire complet du dossier :