La Nef centrale

Sainte-marie majeure

La Nef centrale

Revenons maintenant dans la nef centrale, puis avançons jusqu’à l’entrée de l’abside. Arrêtons-nous à la balustrade courbe qui en ferme l’accès. Tout en avançant, nous observerons déjà à droite et à gauche, au-dessus des arcades de la nef centrale, les magnifiques mosaïques du 5e siècle.

Nous voici donc face au maître autel et à son grand baldaquin de porphyre rouge. Regardons à présent devant l’abside, une chapelle est creusée dans le sol de la nef. C’est la Chapelle dite de la Confession, réalisée en 1864 sous le Pontificat de Pie 9. Nous y voyons sa statue en marbre blanc, assez froide il faut l’avouer. Pie 9 est sans doute le pape le plus important du 19ème siècle, ne serait-ce que par la durée de son règne : 32 ans. Il est un rouage essentiel de la dévotion à la Vierge, car c’est lui qui proclama le dogme de l’Immaculée Conception. Un dogme qui défend l’idée que la Vierge serait née sans être entachée du péché originel. Pourquoi cette croyance ? Selon Pie 9, pour donner naissance au sauveur du monde, la Vierge elle-même devait naître lavée de la faute d’Adam et Eve. Sa conception fut donc aussi miraculeuse. Pie 9 est le dernier pape à régner en souverain sur Rome et le Latium. En effet, c’est sous son pontificat en 1870, que l’armée italienne entra à Rome pour en faire la capitale d’un pays nouvellement unifié.
« Chapelle de la confession » désigne simplement ici une chapelle souterraine. Dans cette crypte sont conservées les reliques de la crèche, c'est-à-dire des morceaux de bois qui proviendraient du berceau de l’enfant Jésus à Bethléem. C’est la présence de ces reliques dans la basilique dès le 5ème siècle qui fait que l’église est aussi appelée Santa Maria ad Praesepe, Sainte-Marie de la crèche. Autrefois, ces reliques étaient conservées dans un petit édifice qui fut déplacé à la Renaissance. Nous le découvrirons un peu plus tard.


<< 11 - Le Baptistère...         13 - Les Mosaïques... >>

Sommaire complet du dossier :