Les Persécutions des chrétiens

Site archeologique de l'ancienne ville romaine de salone

Les Persécutions des chrétiens

Le culte des martyrs était ici très vivace. Et il faut dire que la région de la Dalmatie a été extrêmement touchée par les persécutions à l’encontre des chrétiens. Avant même que les persécutions contre les chrétiens ne deviennent systématiques au début du 3e siècle, de très nombreux actes isolés avaient eu lieu à leur encontre. On peut s’interroger sur les raisons de ces persécutions contre une communauté religieuse particulière. En effet, à Rome, chacun a le droit de croire dans le Dieu qu’il veut. Et Rome est plutôt tolérante vis-à-vis des cultes étrangers et va même jusqu'à intégrer les dieux étrangers à l'ensemble des dieux romains. Mais la religion chrétienne devint surtout un problème lorsque le culte impérial se développa. Alors de quoi s'agit-il ? et bien disons qu'à partir du 3e siècle, petit à petit, l'empereur devint un Dieu qu'il fallait honorer. La raison en était certainement qu'il fallait un ciment nouveau pour maintenir l'empire au fur et à mesure qu'il devenait gigantesque. Ainsi, chacun pouvait continuer à croire dans d'autres dieux, mais, en plus, il devait vénérer l'empereur. Et c'est là que les choses se sont compliquées pour les chrétiens : car eux étaient monothéistes. Ils ne croyaient qu'en un Dieu et refusaient de rendre hommage à l'empereur. Par ailleurs, un certain nombre de communautés chrétiennes se montrent très intransigeantes : un christianisme de combat est apparu, critiquant ouvertement Rome, ses institutions et ses mœurs. On va jusqu’à refuser le service militaire, la participation aux actes civils. La situation est alors extrêmement tendue.
On assiste donc assez rapidement à des persécutions locales et ponctuelles. Celles qui ont lieu sont dues soit à une crise politique ou militaire passagère soit à la volonté d’un gouverneur local, soit encore à des émeutes entre citoyens romains et chrétiens. Mais en 202, sous Septime Sévère, tout change. La situation politique est tendue : le pouvoir impérial passe de plus en plus par le culte impérial. Septime proclame alors un premier édit de persécution et l’interdiction pour les chrétiens de chercher à diffuser leur religion. Puis, les persécutions s’accéléreront sous Dèce vers 250, puis sous Valérien et enfin sous Dioclétien en 303. Comment fonctionnent ces persécutions ? On commence par publier un édit exigeant de tous les citoyens qu’ils viennent sacrifier dans le temple de l’empereur. Et ceux qui refusent seront condamnés à mort. C’est aussi simple que cela. On ferme les églises devant le nombre de refus, on détruit les livres saints, on poursuit les prêtres et les évêques, on torture les chrétiens pour les faire abjurer. Prenons ainsi le cas de Domnio, évêque de la cité de Salone, persécuté sous Dèce. Condamné à l’arène, son martyre durera des heures. On dit que sa résistance fut telle que de nombreux Romains se sont convertis en le voyant souffrir. Ce type de récit n’est pas rare. Écrits bien postérieurement aux événements, ces récits ont valeur d’enseignement et d’exemple. Les persécutions dureront jusqu’en 313, date à laquelle un texte très important sera édicté par l’empereur Constantin, texte que l’on appelle l’édit de Milan qui offre la liberté de culte à tous les citoyens. 313 est donc la date clef à partir de laquelle le christianisme se répandra en Occident.


<< 6 - Les tombes de la bas...         8 - La grande maison Tus... >>

Sommaire complet du dossier :