La rue de Seine

St germain-des-pres

La rue de Seine

Marchons jusqu’au bout de la rue Visconti. Au bout de la rue Visconti, nous débouchons pratiquement face au N°31 de la rue de Seine.

Dans cet immeuble habita George Sand, à partir de 1831, l’année même où elle s’installa à Paris, avec sa fille, après avoir quitté son mari. Elle avait alors 27 ans et cherchait à vivre de façon indépendante, en faisant des traductions ou des portraits à l’aquarelle. Elle s’habillait en homme pour être plus libre d’allure, scandalisant ainsi le quartier, ou plutôt scandalisant le reste de la ville. Car, on l’a vu, ce quartier était plutôt occupé par des créateurs et des personnes bohèmes, qui en avait vues d’autres. Les femmes dites « émancipées » venaient dans ce quartier. Par exemple, la libraire Adrienne Monnier vivait ouvertement ave sa compagne.
Avançons vers le N°35 de la rue de Seine. Baudelaire y vécut quelques années et y écrivit ici son chef-d'œuvre scandaleux : les « Fleurs du mal », recueil de poèmes paru en 1857. C'est cette oeuvre qui sera condamnée pour outrage à la morale publique : sur les cent poèmes qu'elle contient, treize seront incriminés dans un procès pour outrage à la morale publique et à la morale religieuse. A cette époque, son ami Gérard de Nerval était mort depuis 2 ans. Alors qu’il vivait encore, les 2 poètes se voyaient régulièrement, et étaient voisins : Nerval habitait juste à côté, rue des beaux-arts, comme nous l’avons vu.
Revenons maintenant sur nos pas vers le Nº 41 de la rue de Seine.

L’immeuble date de la fin du 17e siècle. Levez les yeux, vous voyez tout en haut 2 mansardes. Celles ci sont surmontées de poulies en saillies sur un axe. Elles servaient à hisser les marchandises ou le mobilier. On les trouve très souvent sur les immeubles du Moyen Âge au 19e siècle. . Cet immeuble nous donnera encore l’occasion de découvrir une construction collective du 17e siècle. Habituellement, la structure en était la suivante : au Rez-de-Chaussée, des boutiques, puis les habitations sur 3 ou 4 niveaux, puis un toit à mansardes. Pratiquement face à ce numéro 41 se trouve le nº 26 qui fait l’angle de la rue de Seine et de la rue Visconti

Sur la façade de cette maison, nous voyons une enseigne en forme de petit personnage. Elle date du 17e siècle et a donné son nom au cabaret alors installé ici : « le petit maure ». C’était alors, au 17e siècle, un lieu fréquenté par les mousquetaires ripailleurs ; mais aussi par des auteurs. On y trouvait ainsi le poète Voiture, écrivain, bel esprit, auteur de lettres et poésies, habitué de l’hôtel de Rambouillet, salon de l’époque où la marquise de Rambouillet recevait une société choisie de gens de lettre. Tallémant des Réaux qui écrivit ses mémoires, témoignages savoureux sur son époque, était aussi un assidus de la fréquentation de ce cabaret, ainsi que Saint Amand. Cet auteur, également familier de l’hôtel de Rambouillet, libertin, écrivit des poèmes savoureux à la gloire du melon ou du cantal. Plein de verve et de belle humeur. Il est l’un des 1ers académiciens. Ses confrères le chargèrent de rédiger pour le dictionnaire les mots du langage burlesque. Auteur d’une chanson qui raillait Monsieur le prince de Condé, il fut, pour cet outrage, arrêté et mené sur le Pont Neuf pour y être roué de coups. Il avait tout de même alors 70 ans. La bastonnade lui fut fatale. Il mourut 2 jours après. Avançons vers le N°43, situé sur la gauche

Vous êtes face au café La Palette qui fait l’angle de la rue de Seine et de la rue Jacques Collot. L’enseigne de ce café rappelle que le quartier est aussi celui des galeries d’art : c’est dans les années 1920 que les 1res galeries de tableaux furent ouvertes et durant 50 ans, ce quartier fut le seul endroit à Paris où l’on pouvait voir de la peinture contemporaine. Progressons dans la rue de Seine jusqu’au Nº 42, situé sur la droite au coin de la rue de l’échaudé.

Ici une autre maison en forme d’échaudé, cette pâtisserie que nous évoquions tout à l’heure et de forme conique.


<< 13 - La rue Visconti...         15 - La rue Jacob... >>

Sommaire complet du dossier :