La Statue

Stare mesto : de la place de la vieille-ville a la tour poudriere

La Statue

Prenons le temps de bien regarder cet ensemble. Nous allons en dire 2 mots. Déjà, il est très dynamique et voyez comme les corps des personnages sont comme mélangés les uns aux autres et comme les poses sont dramatiques. La souffrance qui domine ces hommes et ces femmes par exemple la mère à l’enfant projette la figure de Jean Hus dans une autre dimension. Droit, le regard calé sur l’horizon, Jean Hus incarne l’image du juste envers et contre tout. Alors que ses compagnons sont écrasés par la pesanteur du monde, le corps dans la boue, Jean Hus semble lui plus près du ciel, déjà dans la Vérité. Comme le rappelle l’inscription gravée sur le socle, « La Liberté vaincra ». Un slogan que les étudiants pragois crieront aux tankistes russes en 1968, l’année du fameux Printemps de Prague, un slogan qui sera repris aussi par Vaclav Havel et ses partisans 20 ans plus tard !
On a évoqué l’influence de Rodin chez ce sculpteur. Il est vrai que le corps tendu de Jean Hus, la projection vers le ciel, l’aspect longiligne de la figure qui accentue le caractère pathétique de la scène, rappellent Auguste Rodin. Et il y aussi la composition même du monument. Car, même si Jean Hus et ses compagnons sont légèrement en hauteur, ils semblent en relation directe avec les passants, ce qui était une innovation de Rodin apportée avec « les Bourgeois de Calais ». Alors qu’auparavant, les statues étaient toujours très en hauteur, sur un grand piédestal. On dit que la photographie des « Bourgeois de Calais » ornait son atelier au moment de la réalisation de cette œuvre marquante. Les Bourgeois de Calais, 6 bourgeois qui se sacrifient pour sauver leur ville, comme Jean Hus le fit pour son pays.


<< 7 - Histoire de Jean Hus...         9 - L’église Saint-Nicol... >>

Sommaire complet du dossier :