L’église Notre-Dame-du Thyn

Stare mesto : de la place de la vieille-ville a la tour poudriere

L’église Notre-Dame-du Thyn

La maison suivante est l’une des plus anciennes de la place : c’est la maison dite « A la cloche de pierre ». Regardez, à l’angle droit de la façade, il y a une cloche en pierre.
Cette maison date probablement du 13e siècle et fut redécouverte seulement en 1964. Lors des fouilles, les archéologues trouvèrent une statue de Jean de Luxembourg, le père de l’empereur Charles 4. On pense que la famille impériale aurait vécu ici le temps que les restaurations du château de Hradçany soient achevées. C’est aujourd’hui un centre d’exposition.

Arrêtons-nous maintenant sur l’église qui, bien que légèrement en retrait, domine largement la place de la Vieille-Ville : c’est l’église Notre-Dame-du Thyn. Le terme de Thyn signifie la « cour fermé », car une cour réservée aux marchands se trouvait juste derrière l’église. On dit souvent que c’est l’église la plus importante de la ville après la cathédrale. Ce qui est certain, c’est qu’elle écrase littéralement la Place par ses dimensions.
L’église fut construite à partir de 1270 mais les travaux ne furent achevés qu’au 17e siècle.
Le plus saisissant dans cette église, c’est la hauteur de son pignon et l’aspect de ses clochetons qui culminent tout de même à 80 mètres de hauteur. Et puis, ces clochers si joliment décorés nous rappellent 4 clochetons et un parapet pour les relier entre eux. Tout cela n’est pas sans nous rappeler les tours du pont Charles et même le beffroi. Rien d’étonnant à cela puisque l’atelier de Peter Parler, le père du pont Charles, fut associé au projet.
Cette église compta énormément dans l’histoire de Prague et même de la Bohême. A partir du début du 15e siècle, elle devint un fief hussite et l’on hissa même une représentation géante d’un calice sur le pignon central. Plus tard, ce calice fut jeté à terre par les Catholiques et remplacé par une image de la Vierge à l’Enfant flottant dans une lumière dorée.
Alors pourquoi cela ? Et bien parce que le calice symbolisait les désaccords entre les hussites et le clergé catholique. Pour tous, le calice est symbole de la communion sous les deux espèces, c’est-à-dire le corps et le sang du Christ sous l’apparence du pain et du vin. Mais pour les catholiques, la communion est réservée exclusivement aux clercs alors que Jean Hus et ses disciples veulent en faire bénéficier tous les fidèles.

Cette basilique est un bel exemple d’une église gothique complètement baroquisée. Un véritable petit théâtre, avec ses autels dorés, ses statues tourmentées et des tableaux pour les décorer réalisés -pour beaucoup d’entre eux- par Karel Skreta, le premier grand peintre baroque de Bohême. Allez voir l’autel-principal, situé dans le chœur, Karel Skreta y a peint une très belle « Assomption de la Vierge », - la Vierge montant au ciel après sa mort, pas mal du tout ! Alors pour vous y rendre, empruntez le passage qui se trouve sous les arcades de l’Ecole du Thyn, juste dans l’axe du pignon de l’église, l’entrée de Notre-Dame se trouve tout au bout.


<< 11 - Le palais Goltz-Kins...         13 - La Façade nord de la... >>

Sommaire complet du dossier :