La rue Karlova

Stare mesto : du pont charles a la place namesti

La rue Karlova

Nous allons quitter maintenant cette place des Chevaliers-de-la-Croix pour nous enfoncer, dans la rue Karlova. C’est la rue qui est juste l'angle de l'église du Saint-Sauveur et de l'avenue des Croisiers, à droite, en face de la tour du pont.

Et, en chemin, parlons un peu de son histoire. La rue Karlova est l'une des rues les plus anciennes de Prague. Dans le passé, elle se trouvait sur ce que l'on appelle la « voie royale », cette longue artère qui permettait de relier la Vieille-Ville au château de Prague en passant par le pont Charles. Déjà d'ici, on voit bien que cette rue est longue, étroite et irrégulière. Son tracé remonte aux premiers temps de l'histoire du quartier, c'est-à-dire au 10e siècle. A l'époque, l'habitat était en bois, mais le quartier de la Vieille-Ville était déjà le coeur économique de Prague et une colonie d'Allemands en assurait la prospérité.
Continuons à avancer jusqu'à l'angle de la rue Karlova et de la rue du Séminaire, 150 mètres plus loin, là où se trouve la Maison au Puits d'Or. Vous ne pouvez pas la manquer, c’est la plus décorée et elle est à la croisée de deux rues, dont la rue Karlova, qui forment une fourche.

La façade de la « maison au puits d'or » passe pour l'une des plus belles de Prague. Elle est constituée de trois étages couronnés par un élégant pignon qui est la partie supérieure du mur et qui est ce pignon souligné par de petites volutes. De quand date la construction ? Vraisemblablement de la renaissance, comme le montrent les fenêtres droites de sa façade. Mais la maison a été complètement re-décorée en 1714 après une épidémie de peste. Levez les yeux vers le dernier étage. Vous pouvez voir à gauche de la fenêtre, saint François d'Assise, et à droite saint Jérôme peut-être en train de méditer sur la fragilité de la vie ?
Au second niveau, à gauche, on voit saint Venceslas, patron de la Bohême toujours en cuirasse. Et à droite, c’est saint Jean Népomucène.
Les deux saints sont installés sur un nuage vaporeux, le regard plein de compassion, dirigé vers une représentation de la Vierge à l'Enfant. En dessous, c’est donc la Vierge, installée au coeur d'un médaillon doré. Deux anges tiennent une grosse couronne au-dessus de sa tête, et un peu plus bas deux petits lions tristes couronnés -symbole de la Bohême- sont tout recroquevillés. Enfin, le premier étage fait directement référence à la peste en exposant les saints invoqués contre ce fléau : à gauche c'est un saint Sébastien athlétique, mais souffrant, soulagé par un petit angelot. De l'autre côté, c'est saint Roch qui relève son manteau pour montrer au passant son bubon pesteux. Vous le voyez ?? Et selon son habitude, il est accompagné de son fidèle petit chien.
Certes, le décor est intéressant, mais il ne nous dit pas pourquoi on appelle cette demeure, la «Maison au puits d'or» ! Il y a bien une explication, mais peu historique, une sorte de petit conte cruel comme on les aime à Prague. Alors, voilà, on dit que la nuit on peut voir briller l'or dans le puits de cette maison. Et qu’alors apparaît un chevalier espagnol –cela fait sans doute référence à l’or du nouveau monde apporté par les galions espagnols. Et que ce chevalier-ci serait sans sa tête mais avec sa dame. Ici, dit-on, ils avaient jadis été tués.
Humour noir, pour ne pas dire burlesque sombre, la culture tchèque cultive tout cela, les anciens comme les modernes! Sans doute que cette dérision s'est nourrie des mauvais coups reçus des siècles durant, des désillusions jamais tout à fait digérées. Alors, il y a des dates pour rappeler tout cela, la Bataille de la Montagne Blanche, 1620, le Traité de Munich 1938 où la République tchèque est abandonnée à Hitler ; et le Printemps de Prague 1968. Et puis, il y a une autre année, essentielle, 1416, l'année où Jean Hus termina sa vie sur un bûcher à Constance. Qui était Jean Hus, c'est ce que nous allons voir maintenant. Pas immédiatement, non !! Dans quelques minutes, juste le temps d'admirer les façades qui défilent sous nos yeux toujours en descendant la rue Karlova.


<< 15 - L’Eglise Saint-Sauve...         17 - L’église Saint-Gille... >>

Sommaire complet du dossier :