Les maisons de la petite rue Saint-Amand

Une découverte de bruges

Les maisons de la petite rue Saint-Amand

Plaçons-nous à présent entre la statue et le beffroi, et tournons-nous vers les maisons, en ayant à notre droite la statue de Jean Breydel, et à notre gauche, le beffroi. Nous avons là des maisons typiques des régions du Nord de l’Europe, dont fait partie la Flandre, avec ces pignons triangulaires à gradin, le pignon étant le sommet triangulaire de la façade. Chacune de ces maisons a une histoire, mais nous allons parler seulement de deux d’entre elles, les deux plus anciennes. Ce sont les deux maisons en brique claire qui encadrent le débouché de la petite rue Saint-Amand, la Sint Amandstraat. Elles portent les numéros 15 et 16, et sont assez reconnaissables, car elles n’ont pas de pignon en façade et ont un peu l’aspect d’une tour.

Commençons par celle qui se trouve au coin droit de la ruelle, le numéro 16. Sa façade est surmontée de créneaux en briques, et elle porte sur l’angle une très fine tourelle à l’angle. Elle date du 15e siècle. Dans cette maison, l’empereur Maximilien d’Autriche a été retenu prisonnier par les Brugeois en 1488. Maximilien avait épousé Marie de Bourgogne, la fille du dernier grand-duc, Charles le Téméraire, et était ainsi devenu le souverain des Flandres. Mais les relations n’ont pas toujours été faciles avec les bourgeois des villes, très jaloux de leur indépendance. Aussi fut-il emprisonné au cours d’une insurrection populaire, et fut obligé par les bourgeois à assister à l’exécution sur la place de certains de ses fidèles. Parmi ceux-ci, il y avait un certain Piiter Langhals, ce qui signifie « long cou ». À cause de son nom, ce personnage avait des armoiries représentant un cygne. Il a été décapité sous les yeux de Maximilien. Mais plus tard, Maximilien punira la ville pour sa révolte. Et notamment, les bourgeois seront forcés d’entretenir des cygnes sur leurs anaux, afin de ne jamais oublier l’exécution de Langhals. C’est pourquoi vous verrez encore beaucoup de cygnes aujourd’hui à Bruges. Regardons maintenant la petite maison de briques qui se trouve à gauche de la rue, sur l’autre coin : elle date aussi du 15e siècle. Avec sa forme très verticale, semblable à une tour, elle est très caractéristique de la maison bourgeoise de cette époque qui, symboliquement sans doute, s’inspire de la tour seigneuriale.


<< 6 - La statue de Jean Br...         8 - Le théâtre municipal... >>

Sommaire complet du dossier :