Les Vieilles Procuraties

Venise : place saint marc

Les Vieilles Procuraties

Regardez maintenant le long bâtiment situé à gauche de la Tour de l’Horloge. Ce sont les vieilles procuraties. Elles sont reconstruites pendant tout le 16ème siècle, pour remplacer celles du 12ème détruites à la suite d’un incendie. Cet édifice, commencé par Mauro Codussi, est achevé par Jacopo Sansovino, nommé à la charge de maître d’œuvre des travaux de la Basilique et de la Place en 1529. Mais, oh surprise ! Sous couvert de reprendre le style roman vénitien, Sansovino impose au cœur de Venise un immense édifice Renaissance : le plus grand édifice de la ville.

Voyez ces 50 arcades au rez-de-chaussée, ces 100 arcades sur chacun des étages supérieurs. Et cette envolée de colonnes qui donne toute sa majesté à la place.
Sansovino aura dès lors une influence majeure à Venise. Ce grand architecte florentin est formé à Rome par ces géants de la Renaissance que sont Bramante et Raphaël. Puis, il se réfugie à Venise après le sac de Rome par les armées de Charles Quint en 1527. Il y fait alors triompher la Renaissance, influençant très largement les architectes vénitiens, et notamment le plus célèbre d’entre eux, Andrea Palladio.

Mais qu’étaient ces « Vieilles Procuraties » dont le terme vous est probablement inconnu ? Cet édifice dont le côté essentiellement fonctionnel est souligné par l’architecture fut, et, est toujours, un ensemble de bureaux administratifs. Sous la République de la Sérénissime, il accueille le cabinet des procurateurs. Un terme, uniquement employé dans l’empire romain et les Républiques de Gênes et de Venise. Les procurateurs, au nombre de neuf à Venise, comptaient parmi les plus hauts magistrats de la République, après le Doge. Nommés à vie, ils avaient, à l’origine, pour unique mission de gérer la construction, l’entretien et les finances de la Basilique Saint Marc et de l’ensemble des bâtiments de cette place, à l’exception du Palais des Doges. Des travaux, qui durèrent des siècles. Et qu’ils pouvaient surveiller de leurs fenêtres ! Mais leur mission s’élargit et on leur confia la gestion du Trésor de Venise, l’une des villes les plus riches de Méditerranée. Le Trésor, c’était tous les impôts et taxes existants et de nombreux fonds privés des grandes familles aristocratiques. Autant dire, que toutes les finances vénitiennes passaient donc entre leurs mains. C’était le Ministère des finances de l’époque, mais aussi le ministère des travaux publics et la direction du patrimoine. Pour cela, ils travaillaient avec une armée de fonctionnaires. Le bâtiment abritait aussi leur propre appartement.


<< 5 - La Tour de l’Horloge...         7 - La place « Nouvelles... >>

Sommaire complet du dossier :