La Loggetta : l’œuvre de Jacopo Sansovino

Venise : place saint marc

La Loggetta : l’œuvre de Jacopo Sansovino

Dirigeons nous à présent vers la piazzetta en longeant la façade principale de la basilique Saint Marc. Arrêtons nous, dans un premier temps, devant la Loggetta de Sansovino, le petit édifice en marbre situé en contrebas du campanile.

La Loggetta, accolée au campanile, fut achevée en 1546 par Jacopo Sansovino. Elle est l’une des œuvres les plus raffinées de l’artiste et de loin sa plus célèbre à Venise. Lors du réaménagement de la place Saint Marc au 16ème siècle, ce grand architecte, déjà évoqué au cours de la visite, souhaita atténuer l’aspect massif du campanile, avec une construction légère.

L’élégance réelle Loggetta est due à sa structure. Mais aussi à l’utilisation du marbre blanc surligné de marbre rose, polychromie utilisée par tous les artistes de Venise. De plus, Sansovino a cherché à masquer l’art roman, alors plus en vogue, en plaquant devant le campanile une façade de style Renaissance. Un style choisi par lui pour tous les autres monuments de la place.
Voyez comme la façade de la loggetta est typique de la Renaissance tant par sa composition architecturale que par son ornementation.

Sa structure est composée de trois arcades, comme un décor de théâtre. Ces arcades sont séparées par des colonnes à chapiteaux corinthiens, c’est-à-dire ornés de feuilles d’acanthe. Les colonnes, doublées permettent à l’architecte d’encadrer des niches qui abritent chacune une statue de bronze. Soit, quatre statues au total qui ne sont évidemment pas du tout là par hasard. Véritable message politique, elles symbolisent le Bon Gouvernement de Venise. Ainsi, de gauche à droite, Minerve incarne la force militaire de la cité ; Apollon, l’harmonie politique ; Mercure, l’éloquence persuasive ; et, la Paix, le don divin accordé aux Vénitiens par saint Marc. Mais, là où Jacopo Sansovino est novateur, c’est qu’il n’utilise pas les Vertus religieuses comme il était de coutume mais des figures mythologiques. Ceci fait de cet édifice un exemple typique de la Renaissance : l’artiste ne met plus en valeur des symboles religieux pour évoquer une idée, mais des symboles de l’Antiquité païenne. Cette tendance, déjà relevée dans la base des mâts de Leopardi vues précédemment, ira s’accentuant avec des artistes comme Véronèse et Tintoret. Ces statues de bronze nous rappellent aussi combien Sansovino était florentin et combien il fut influencé par les plus grands sculpteurs de Florence : Donatello et Michel-Ange. Regardez attentivement l’Apollon, la deuxième statue en partant de la gauche. Ne vous rappelle-t-elle pas le David de Michel-Ange, sa plus fameuse statue de marbre ?
La loggetta de Sansovino fut complétée par une terrasse et une balustrade au 17ème siècle.
Mais à quoi pouvait bien servir cette construction ? La « loggetta » signifie la « petite loggia ». Un espace emblématique que l’on retrouve sur les places principales des villes italiennes. En fait, elle servait tout simplement de lieu de rencontre ombragé: imaginez les hauts personnages de la ville qui y discutent politique ou commerce. Cette loggetta, conçue dans un premier temps à cet effet, devient dès 1569, le siège de la garde du Palais ducal.


<< 11 - La place Piazzetta d...         13 - La petite place de «... >>

Sommaire complet du dossier :