La Bibliothèque Saint Marc

Venise : place saint marc

La Bibliothèque Saint Marc

A notre droite, le Palais des Doges. A notre gauche, la Libreria vecchia, aussi appelée Libreria marciana ou sansovinia, c'est-à-dire la Vieille Bibliothèque ou la Bibliothèque Saint Marc dite aussi de Sansovino, du nom de son architecte.

Cette bibliothèque d’Etat est non seulement l’une des plus anciennes d’Italie, mais aussi l’une des plus importantes aujourd’hui. Son histoire remonte au 15ème siècle alors que de grandes figures de l’Humanisme font don à la Sérénissime de leur bibliothèque privée. En particulier une collection exceptionnelle de manuscrits byzantins remontant au 9ème siècle. Que faire d’autre d’un si précieux trésor si ce n’est lui offrir un écrin ? La Cité invite donc Jacopo Sansovino, encore lui, à construire un bâtiment sur le côté ouest de la Piazzetta, en lieu et place de quelques boutiques. Les travaux se déroulent de 1537 à 1554… non sans heurt. En effet quand une partie de l’édifice s’écroule, l’architecte est jeté en prison. C’est sur intervention du Titien et de l’Arétin, qu’il en sort à la condition de réparer son erreur… à ses frais… A l’époque, un artiste n’est qu’un artisan à la solde de son commanditaire, ici l’Etat vénitien. Et un contrat est un contrat !

Après la mort de Sansovino, les travaux ne seront repris qu’en 1583, cette fois sous la direction de Scamozzi. Mais, malgré des architectes différents, l’édifice reste, tout comme la Loggetta, du plus pur style Renaissance. Sansovino intègre les données de l’art antique, mais il ne les plaque pas bêtement pourrions nous dire. Il les adapte pour produire un style grandiose. Il fait en particulier usage d’un jeu d’ombres et de lumières qu’on appelle le clair-obscur.
Voyez le rez-de-chaussée sous les arcades : il est dans l’ombre. Alors, qu’à l’inverse, la loggia du premier étage fait ressortir la lumière. Regardez maintenant tout à fait en haut : vous y voyez des statues de dieux mythologiques qui surmontent la balustrade. Elles ont pour effet d’accroître les verticales, répondant aux colonnes situées en dessous, et ainsi de rythmer la façade. Cette construction faisait l’admiration de l’un des contemporains de Sansovino, Andrea Palladio, le plus grand architecte vénitien de la Renaissance qui essaima nombre d’édifices et de villas dans toute la Vénétie.

Mais que contient aujourd’hui ce chef-d’œuvre de Sansovino ? Une bibliothèque, certes. Mais de quelle importance ? Hé bien, comme nous vous le disions c’est actuellement l’une des plus importantes d’Italie, tant par la quantité de volumes, que par leur qualité. S’il y a près d’un million d’ouvrages, c’est tout simplement parce que cette bibliothèque d’Etat est rapidement devenue dépositaire de tous les livres publiés dans l’Etat vénitien. Quand à la qualité, elle est indubitable. Les œuvres les plus connues datent de la Renaissance : il s’agit du « Planisphère de Fra Mauro », représentant la Terre avant la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, et, du « Bréviaire Grimani » illustré de 110 miniatures flamandes.

Les salles abritent aussi des chefs-d’œuvre de la peinture vénitienne, car elles sont ornées des toiles des trois Grands Vénitiens, Titien, Véronèse et Tintoret. Si vous souhaitez visiter cette bibliothèque, il vous faudra passer par le Musée Correr puis traverser le Musée Archéologique avant de l’atteindre. Il y a une entrée unique pour tous ces musées.


<< 13 - La petite place de «...         15 - Les Colonnes de la P... >>

Sommaire complet du dossier :