Les Colonnes de la Piazzetta

Venise : place saint marc

Les Colonnes de la Piazzetta

Mais ce qui frappe probablement le plus sur cette place, ce sont les deux colonnes que vous voyez face à vous. Elles font partie des clichés de Venise tant elles incarnent la Sérénissime dont elles marquent l’entrée. Par ailleurs, elles symbolisent la cité en nous présentant, par les deux statues qui les surmontent, ses saints patrons. Enfin, c’est là que se dressait l’échafaud des exécutions et les Vénitiens superstitieux ne passent jamais entre les deux colonnes !

Les fûts des colonnes appartiennent aux trésors ramenés de Constantinople. Ils furent érigés sur la Piazzetta au moment de son réaménagement, au 12ème siècle. De granite rouge et gris d’Egypte, ils reposent sur des socles octogonaux, autrefois ornés de sculptures.
Les colonnes sont surmontées, à gauche, d’une statue de Saint Théodore, et, à droite, d’un lion ailé figurant Saint Marc. Théodore était un soldat romain qui fut persécuté par Dioclétien à la fin du 3ème siècle, parce que chrétien. La tradition lui attribue de nombreuses actions miraculeuses, ce qui en a fait un saint martyr reconnu. Il fait partie des saints dits guerriers, comme Saint-Georges. De fait, comme lui, on le voit ici terrassant le dragon. L’œuvre, copie puisque l’original est dans la cour du Palais des Doges, est une curiosité, tant elle est composite. Essayez de l’apercevoir : la tête en marbre de style grec serait le portrait d’un roi perse ou d’un pharaon égyptien de la dynastie des Ptolémée ; elle aurait été accolée à un torse provenant d’une statue romaine. Les autres parties du corps et le dragon auraient été réalisés au début du 14ème siècle par un artiste vénitien. Saint Théodore est ici honoré tout simplement parce que, jusqu’au 9ème siècle, il était le saint patron de la cité.

Orientez maintenant votre regard vers la statue de la colonne de droite, côté Palais des Doges. Saint Marc est ici symbolisé par son attribut, le lion ailé. Mais, au fait, pourquoi ce symbole? La raison en remonterait au 2ème siècle, lorsque l’un des pères de l’Eglise, Irénée de Lyon, détermina les attributs des Quatre Évangélistes en se basant sur deux textes bibliques. Tout d’abord, dans l’Ancien Testament, les quatre figures des visions d’Ezéchiel sont l’homme, le taureau, le lion et l’aigle. Dans le Nouveau Testament ensuite, il en est de même pour les quatre vivants de l’Apocalypse de Saint Jean. Si Saint Marc, quant à lui, est devenu le saint patron de la cité c’est que ses reliques y furent ramenées en provenance d’Alexandrie au début du 9ème siècle. Désireuse d’affirmer son pouvoir en Orient et en Occident, la Sérénissime choisit comme emblème le lion de Saint Marc, lui assurant ainsi un fondement sacré. C’est la raison qui explique qu’il soit partout présent à Venise, et dans les villes conquises par elle. Il est figuré, soit en train de marcher, soit assis, avec ou sans la Bible, et parfois avec une épée. Il est symbole de Paix et de Justice, et représente la puissance militaire de la cité. Là encore, il est assimilé aux saints dits militaires, défenseurs du bien politique, civil et social. Tout comme la statue de Saint Théodore, cette gigantesque statue en bronze est de provenance non déterminée : des origines étrusque ou perse sont évoquées, la datant du 7ème avant Jésus-Christ au 4ème siècle après ; une dernière hypothèse l’apparenterait même à une chimère chinoise…


<< 14 - La Bibliothèque Sain...         16 - Les Pigeons de la pl... >>

Sommaire complet du dossier :