La banque Sparkasse

Vienne : la hofburg et ses dependances

La banque Sparkasse

Avant de quitter le Graben, allons faire un petit tour vers la façade de l’une des premières banques à avoir été fondée à Vienne : il s’agit de la Sparkasse, la Caisse d’Epargne! Située au N° 21 sur le Graben. Pour vous y rendre, laisser la Colonne de la peste sur votre droite et la Stephenplatz dans votre dos puis avancez jusqu’au fond de la place située à moins de cent mètres.

Vous êtes maintenant tout au bout du Graben. Faites un demi-tour, et admirez le point de vue. Sur votre droite, lorsque vous regardez vers le centre du Graben, c’est la rue Kohlmarkt, l’ancien marché au charbon de bois. Elle descend vers la Hofburg et nous l’emprunterons dans quelques minutes. Sur votre gauche maintenant, c’est la rue Tuchlaben, l’ancienne rue des Drapiers. Elle conduit vers le Canal du Danube. Juste à l’angle de cette rue et du Graben se trouve la façade blanche immaculée de la « Sparkasse ». Regardez bien cette façade et allons la décrire et en même temps parler de ce 19e siècle de croissance forte. Tout d’abord, sachez que la Sparkasse n’est pas n’importe quelle banque : créée en 1819, est l’une des premières banques de crédit d’Europe. Vienne est alors très prospère et elle est le centre financier de l’ensemble austro-hongrois. Et 40 ans plus tard, 138 banques avaient été fondées dans l’Empire autrichien et 70 de ces banques étaient viennoises! Toutes ces banques furent créées pour soutenir l’essor d’un capitalisme contrôlé en partie par la bourgeoisie de l’Empire. Une bourgeoisie «multinationale», hongroise, tchèque, autrichienne, mais pas seulement. En effet, beaucoup de grandes familles de l’aristocratie de l’Empire, ceux qui appartenaient au premier cercle de la société, le plus prestigieux, surent prendre le bon virage au bon moment et devinrent des financiers avisés. Citons les princes Schwarzenberg ou Lobkowitz. Mais, l’essor du capitalisme engendra un désir bien naturel de représentation de la part de ses acteurs, banquiers, et assureurs. Tous cherchèrent une formulation architecturale appropriée à leurs activités. Pour le sacré, il y avait l’église. Pour les princes, il y avait les palais. Mais pour ces nouveaux acteurs : quel bâtiment adopter ?. Regardez donc la façade. Comment est-elle ? Et bien, elle est majestueusement simple, exprimant des idées d’ordre, d’équilibre, privilégiant l’épuration des lignes. Bref une architecture rassurante. Comme doit le faire une banque. Enfin, l’essor de ce capitalisme, s’accompagna de la naissance d’une « nouvelle catégorie », celle des employés. Oui, ces fameux employés, diplômés, assis toute la journée dans leur bureau, promoteurs de la bureaucratie et dans les rangs desquels on trouve Frantz Kafka? Et bien dans le domaine de l’architecture, leur apparition engendrera la multiplication des bureaux. Fini les gigantesques pièces, façon salle de bal. Désormais apparaissent des pièces plus petites et plus nombreuses donc. Les façades s’adapteront avec des fenêtres elles aussi moins larges et plus nombreuses!


<< 3 - Le Graben...         5 - La Kohlmarkt N°7... >>

Sommaire complet du dossier :