Adolf Loos

Vienne : la hofburg et ses dependances

Adolf Loos

Vous êtes maintenant à l’extrémité de la place juste sous les fenêtres de la Looshaus. Aujourd’hui encore, elle est considérée comme la construction la plus provocante qu’ait réalisée l’architecte Adolf Loos à Vienne. Mais d’abord qui était Adolf Loos? Adolf Loos est né en 1870 à la périphérie de l’Empire, dans la ville tchèque de Brno. Son père était tailleur et sculpteur de marbre. Après ses études, il passe quelques années aux Etats-Unis. Dès son retour en Autriche, Adolf Loos ouvre un débat : c’est celui du dépouillement contre l’ornementation.
Pour Loos, l’architecture de son temps s’égare dans une pseudo-sophistication esthétique et dans l’utilisation démesurée de l’ornement et donc du simulacre et finalement du faux. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Loos de ce point de vue est un radical. En fait, ce qui fait avancer Loos, c’est l’Authenticité. On pourrait presque dire la Nécessité. Pour Loos, dans l’architecture, rien ne doit être gratuit au risque d’être creux ! De la même façon, Loos ne cherche pas la nouveauté par amour de l’originalité, mais parce qu’il en a besoin, parce que c’est nécessaire. Et voilà : Nécessité. C’est donc le maître mot qui pourrait résumer la vision très intellectuelle que Loos avait de l’architecture. En cela, il se rattache à tout un groupe d’artistes et d’intellectuels de Vienne parmi lesquels on peut citer Ludwig Wittgenstein, Karl Kraus, Arnold Schönberg ou encore Oskar Kokoschka. D'ailleurs, tous ces hommes se fréquentaient et s’appréciaient ! Tous se rejoignaient et s’épaulaient. Leur critique commune de la société et de la culture porte sur les moyens d’expression utilisés par celles-ci. Leur réflexion les incite à poser le problème du langage et de la communication sous sa forme la plus générale, à réfléchir sur la part de nécessité, toujours elle, qu’il s’agisse de peinture, de littérature, de musique ou d’architecture. On pourrait résumer tout cela par une citation du savoureux Karl Kraus, écrivain et pamphlétaire : « Adolf Loos et moi, lui dans ses actes, moi avec des mots, nous n’avons ni fait, ni montré rien de plus que la différence qui existait entre une urne et un pot de chambre, et que la culture trouve à se développer seulement de cette différence. Les autres en revanche se partagent entre ceux qui emploient un pot de chambre à la manière d’une urne, et ceux qui emploie une urne à la manière d’un pot de chambre ». Adolf Loos est considéré généralement comme un des annonceurs du fonctionnalisme dans l’architecture. C’est ce courant de l’entre-deux guerre pour lequel la forme devait dériver de la fonction. Mais il pense aussi que les exigences culturelles du moment doivent influencer le bâtiment. Nous sommes maintenant prêts à aborder la Looshaus.


<< 11 - La Place st Michel...         13 - La Maison de Loos, l... >>

Sommaire complet du dossier :