Le palais Lobkowitz

Vienne : la hofburg et ses dependances

Le palais Lobkowitz

Mais laissons la crypte pour revenir à un édifice plus joyeux, c’est le Palais Lobkowitz. Il se trouve juste en face de la tour de l’église. On devrait plutôt dire qu’il commence devant la façade de l’église tant il est long et son entrée est dans la Spiegelgasse. Alors longez cette façade jusqu’à la Spiegelgasse, c’est la première rue sur la gauche.
Vous êtes maintenant à l’articulation entre l’Augustinerstrasse, derrière vous, et la Spiegelgasse. Regardez le palais. Que voyez-vous ? Une façade du plus bel effet. Ce palais fut édifié à partir de 1685, c’est à dire deux ans après la défaite des Turcs sous les murs de Vienne. C’est l’époque où la puissance des Habsbourg est à son apogée : victoire contre les Turcs, recul du protestantisme, expansion territoriale…Sûre d’elle-même, Vienne s’expose et s’embellit, et les grands chantiers de construction se multiplient. L’aristocratie commande aux plus grands architectes des palais, c’est l’époque des grandes propriétés princières en dehors de la ville comme le Belvédère d’Eugène de Savoie, ou encore le château de Schönbrunn qui deviendra la résidence d’été des Habsbourg! En ville, c’est plus difficile, l’espace est saturé, et on se bat pour acquérir des terrains autour de la Hofburg. Parmi les grands aristocrates, le comte Dietrichstein réussit un coup d’éclat en acquérant une belle parcelle sur laquelle il va construire le palais que nous voyons aujourd’hui. Rendez-vous compte, c’était le palais le plus proche du Saint des Saints : à savoir la Hofburg. Le projet est confié à Giovanni Tencala en 1684. Il sera remanié au début du 18ème par le fameux Fischer von Erlach. Regardez, le palais s’avance comme une proue de navire à l’angle des deux rues. Que retenir de sa façade : les fenêtres tout d’abord. Elles sont rythmées par une alternance de frontons triangulaires et d’autres surbaissés. Levant les yeux vers le toit ensuite: vous remarquez que la corniche est très saillante, qu’elle est relayée par tout un alignement de petites consoles, juste en dessous, très richement décorées de couronnes de fruits et plus loin vers le portail de petits angelots qui tiennent des cartouches. Enfin, et surtout même, lle traitement du mur est aussi assez original : on ne trouve pas ces pilastres monumentaux qui permettaient habituellement de relier les différents étages entre eux. Non ! à la place il y a comme une sorte de quadrillage de pierre, comme un jeu de poutres transversales et verticales qui se chevauchent. On le voit bien à l’angle du palais. Vous voyez ce motif ? Bien..Toutes ces trouvailles sont l’œuvre de l’architecte Tencala.


<< 24 - La Crypte des Capuci...         26 - Les collections de l... >>

Sommaire complet du dossier :