Exemples des maisons les plus connues

Visite de kyoto : le quartier de gion

Exemples des maisons les plus connues

La maison TAKAKURAYA, présentée sur la droite, expose ses DAIKON (Daille Kon), gros radis jaunes, blancs, noirs, violets et ses aubergines longues, sphériques ou bien courtes, marinées, confites ou en purée ; laissez-vous tenter et goûtez ce délice. Un peu plus loin, toujours sur la droite, ce sera la maison UCHIDA. Ses barriques de saumures invitent les passants à goûter les légumes marinés : petits choux, cœurs de laitue, potirons, aubergines, il y en a tellement de sorte que vous aurez bien du mal à vous décider.
Plus loin, la maison MIKI KEIRAN prépare des omelettes bien spongieuses fourrées aux petits légumes ou alors avec un filet d’anguille appelé UNAGI.
À propos d’UNAGI, essayez donc un filet mariné dans la sauce de soja puis braisé sous vos yeux. Ici et là s’exhibent sushis, poissons frais, déshydratés ou sous vide, concombres de mer, légumes frais ou séchés, feuillets d’algues NORI et KONBU. En avançant, vous rencontrez le comptoir d’HIRANOYA qui met en avant des boites repas appelées communément BENTO(BennToo). Carrées, octogonales, rondes, les couleurs et les ingrédients des délicieuses préparations déposées à l’intérieur varient au grès des saisons : cœurs de bambou, aubergines, champignons, châtaignes, légumes bouillis, etc. un régal autant pour les yeux que pour le palet. Quant à la boutique DINTORA, elle propose épices et condiments conditionnés dans des pots en bambou. Voilà une bonne idée de souvenir à rapporter ! La seule maison qui réalise des crèmes glacées onctueuses et épicées.
Juste à côté de DINTORA, ne loupez pas KONNYAMONJA spécialiste des mets produits à base du lait de soja. Cubes de TOFU frits, cakes et crèmes glacées au lait de soja, etc
La célèbre maison FUKA fournit elle aussi le Palais Impérial en pâte au gluten de blé fourrée au haricot. C’est ce que l’on appelle FUKA MANJU, essayez donc, le plein de protéines reste garanti. Les aromes de thé, les parfums de châtaignes grillées, l’odeur des MOCHIYAKI SEMBEI (Motchiyaki Sè M Beille), ces biscuits de pâte de riz badigeonnés de SHOYU (Shoyou) la sauce de soja juste avant la cuisson, risquent fort de vous enivrer.
Juste pour le coup d’œil, arrêtez-vous devant le stand des TAKOYAKIs. De quoi s’agit-il ?
TAKO signifie « poulpe » et YAKI désigne ce qui est cuit.
Vous devez voir une plaque de cuisson alvéolée sur laquelle est versée une sorte de pâte à beignets composée de petits dés de pieuvre. Debout derrière cette plaque chauffante, une préparatrice armée d’une petite pique retourne avec dextérité dans chaque alvéole le beignet à une vitesse telle qu’il devient difficile de la suivre du regard. Les TAKOYAKIs, véritable spécialité du KANSAI se déguste encore brûlants. Pour profiter d’un autre impact visuel fort, stoppez devant la boutique de coutellerie ARITSUGU (Aritsougou) réputée à travers tout le Japon pour ses fines lames gravées à la main puis aiguisées sous vos yeux sur demande. Même le Palais Impérial se fournit en couteaux, hachoirs et autres ustensiles de cuisine à cette adresse.


<< 4 - Le marché alimentair...         6 - Le sanctuaire Shinto... >>

Sommaire complet du dossier :