Vestibule du palais de Pierre de Cruel

Visite de l'alcazar de seville

Vestibule du palais de Pierre de Cruel

Bien, nous allons maintenant entrer dans le palais de Pierre le Cruel par la porte qui se trouve devant nous.

Nous nous trouvons dans le Vestibulo ou Vestibule du palais de Pierre de Cruel. Sa construction remonte au milieu du 14ème siècle, première grande période de l’art mudéjar. Et c’est donc sans surprise -mais avec plaisir- que nous découvrirons que la plupart de ses salles forment un éblouissant ensemble de style mudéjar
Nous pouvons remarquer, tout d’abord, que ce vestibule a la forme d’un long rectangle qui se déploie en largeur et nous butons immédiatement sur un mur. Cela nous oblige à tourner à droite ou à gauche. Cette entrée en chicane est caractéristique de la topographie des palais arabes. Cette disposition tient à plusieurs raisons. La première est de préserver l’intimité de la résidence en évitant que les regards indiscrets pénètrent immédiatement à l’intérieur du palais. La deuxième est de préserver la fraîcheur, si précieuse en été. La 3ème raison, essentielle pour le roi, était une raison de sécurité. Car le roi pouvait, s’il se trouvait en danger, choisir un passage ou l’autre pour s’enfuir. Voilà, la pièce est imaginée. Ses fonctions sont précisées. Elle est construite. Il restait donc à en faire le décor pour contrecarrer ce côté peu avenant du mur sur lequel le regard bute en entrant. Nous avons sous les yeux un très bel exemple d’art mudéjar. Le style mudejar est donc l’art décoratif et architectural qui est pratiqué par des artistes musulmans sous la domination des rois chrétiens. Il ne se différencie pas toujours de l’art pratiqué à la cour des Nasrides à Grenade. Parfois, l’art mudéjar se mélange avec des influences gothiques, mais ce n’est pas systématique. Voyons ici ce qui le caractérise :
- Déjà, regardez la partie basse des murs : elle est recouverte d’azulejos sur une hauteur d’un mètre. Ces azulejos bleu intense, ocre et vert dessinent un motif rigoureusement géométrique. Les Arabes affectionnent ce type de motifs qui est à un hommage à la perfection divine à travers la perfection mathématique.
- ensuite, ces motifs sont en harmonie avec la très belle frise dont le décor est presque entièrement formé par une inscription monumentale en écriture coufique. Le coufique est une forme de calligraphie arabe, aux motifs anguleux et qui se mariait bien avec les motifs géométriques très en vogue alors. Ce type d’écriture a surtout été employé dans le monde musulman pour la décoration architecturale des mosquées et des palais. Pourtant, comme nous le constatons ici, un roi chrétien comme Pierre le Cruel n’a pas hésité à utiliser ces inscriptions arabes afin de magnifier son palais.
- 3ème élément mudejar : voyez l’autre frise en stuc : elle dessine d’élégants rinceaux ou arabesques végétaux, ponctués de feuilles d’acanthes. Typique mudejar, tout comme les motifs de coquilles et de stalactites que l’on trouve au milieu des rinceaux.
- Et enfin bien sûr, et c’est le cinquième élément, il y a ces arcs en fer à cheval, ornés de stucs eux aussi, qui reposent sur des colonnes de marbres. On peut remarquer que certains tambours de ces colonnes et certains chapiteaux sont des réemplois d’anciens monuments : ils proviennent de l’ancienne église Saint-Vincent, église qui se trouvait à l’emplacement de la cour d’honneur de l’Alcazar. D’autres chapiteaux ont été récupérés dans l’ancien palais omeyade de Medinat-al-Zahara, près de Cordoue.
Mais, le morceau de bravoure de ce vestibule reste le plafond. Regardez-le : celui-ci est composé de caissons de bois peints. Ces caissons sont assemblés de manière à former des motifs d’étoiles, à 6, 8, 12 branches essentiellement. Ces motifs géométriques sont imbriqués de manière très complexe les uns dans les autres.


<< 11 - Patio de la Monteria...         13 - Le Patio des demoise... >>

Sommaire complet du dossier :