Le salon des ambassadeurs

Visite de l'alcazar de seville

Le salon des ambassadeurs

Nous allons d’ailleurs franchir ces arcades pour entrer dans la plus belle salle de l’Alcazar.

Nous voici donc dans le Salon des Embajadores ou salon des ambassadeurs. Ici, la décoration mudejare est tellement éblouissante qu’elle nous coupe le souffle. Le décor remonte essentiellement au 14ème siècle, mais il subit quelques ajouts aux siècles suivants.
Parlons de sa fonction, de son histoire et de son décor. C’est dans cette salle que le roi recevait ses hôtes de marque. Le jeune Charles Quint choisit ce salon pour y célébrer ses noces avec la très belle Isabelle du Portugal. Ce salon était aussi appelé Salle de la Moitié d’Orange. Regardez en hauteur : et vous voyez que ce surnom évoque la coupole hémisphérique qui se trouve au-dessus de nous. Regardons-la plus attentivement. Cette coupole est ornée de très beaux caissons de style mudéjar, qui forment des motifs d’étoiles comme nous avons déjà pu en voir dans d’autres salles. Mais, ici, le travail des menuisiers fut particulièrement difficile dans la mesure où ils durent s’adapter à une surface courbe et non pas plate. La coupole repose sur des stalactites de bois dorées. Ces stalactites forment tout un réseau d’alvéoles et s’intègrent à des trompes d’angles qui permettent de relier la coupole circulaire, au plan carré de la salle. Les trompes d’angle sont des sections de sphère utilisées par les architectes pour relier des coupoles à des espaces carrés. Regardons maintenant en haut des murs du salon. Au milieu de chacun d’entre eux se trouve un beau balcon, soutenu par trois consoles en forme de dragons. Ces balcons en ferronnerie ont été ajoutés durant la Renaissance et ils s’harmonisent bien avec le reste du décor. Au-dessus de ces balcons, nous pouvons voir toute une série d’arcades en forme d’ogives gothiques. Gothiques, c’est-à-dire pointues. Dans chacune d’entre elle, se trouve un portrait. Regardez attentivement, car ils sont difficiles à discerner au premier coup d’œil. Ce sont les portraits des monarques espagnols, depuis Rescewinthe, roi wisigoth, jusqu’à Philippe 3 d’Espagne, qui régnait au début du 17ème siècle. C’est lui qui fit placer ces portraits. Au-dessus des souverains, les 32 femmes représentées ne sont pas les reines d’Espagne, mais les allégories des attributs de chacun de ces monarques.
Donc, la présence de ces portraits insiste sur la continuité historique de la monarchie espagnole depuis les Wisigoths jusqu’aux rois catholiques en faisant abstraction de la période de la domination arabe. Cela constitue un paradoxe amusant dans une salle qui est très marquée par l’art islamique ! Maintenant, regardons sous les balcons. Nous pouvons apprécier le splendide décor de stuc qui tapisse les murs du salon. La restauration très récente a permis de mettre en évidence la polychromie des stucs. Ainsi, au temps de sa splendeur, le spectateur ébloui se trouvait immergé dans une véritable symphonie de couleurs.
Une série d’arcades ornée de stuc forme une frise qui fait le tour du salon. Au milieu de 3 des murs du salon, nous voyons une triple rangée d’arcades en fer à cheval, encadrée par un arc, lui-même en fer à cheval, beaucoup plus grand, comme l’arc des paons du salon du plafond de Philippe 2. Mais, ici, les paons ont été remplacés par un décor d’entrelacs.
Autour de ces arcades, à mi-hauteur du mur, une frise est couverte d’inscription en arabe. Les plus grandes utilisent une calligraphique dite coufique fleuri. Ce mot désigne une forme de calligraphie coufique, dans laquelle vient s’insérer des petits motifs de fleurs. Ce type de calligraphie rappelle celle qui était utilisée à la même époque dans les palais de l’Alhambra de Grenade. Donc, une fois de plus, cela confirme le fait que Pierre 1er fit venir des artisans de Grenade pour orner son propre palais.
Cette frise s’appuie sur de très belles plinthes ornées d’azulejos qui datent du 14ème siècle.
En regardant vers le Patio des Demoiselles, en face de nous quand nous sommes dos à la porte par laquelle nous sommes entrés, nous pouvons aussi admirer les très beaux battants de porte du Salon des Ambassadeurs. Ils ont été réalisés au 1366 et reprennent le décor des plafonds à caissons mudéjars.


<< 19 - Le Salon du plafond ...         21 - La Salle des Infants... >>

Sommaire complet du dossier :