La salle des tapisseries

Visite de l'alcazar de seville

La salle des tapisseries

Maintenant, nous allons tourner sur notre droite. Devant nous, à l’angle opposé de celui par lequel nous sommes entrés se trouve une porte qui nous conduit vers un jardin. Empruntons-là

Le patio de Doña de Padilla peut être considéré comme un jardin suspendu. Son nom fait référence à une noble dame qui fut la favorite de Pierre 1er le Cruel.
C’était un ancien patio almohade. Il correspondait d’ailleurs au centre du palais, sous la domination de cette dynastie. Il fut aussi rénové sous Alphonse 10. Mais dans son état actuel, il correspond à une réorganisation du 18ème siècle, qui fit suite au tremblement de terre de Lisbonne.

Avançons vers l’allée centrale et tournons à droite une fois dans celle-ci. Continuons d’avancer jusqu’à une grande porte qui nous conduit à la salle des Tapisseries.

Nous voici donc dans la Salas de las Bovedas ou salle des tapisseries. Ce salon ainsi que le suivant furent utilisés sous le règne de Charles Quint comme salles de réception. Notre œil est immédiatement attiré par la série de tapisseries qui ont donné son nom à ce salon. Cet ensemble de tapisserie sur un même thème est appelé une tenture. Cette tenture donc a pour thème la conquête de Tunis par Charles Quint. La tapisserie qui se trouve immédiatement sur la gauche de la porte par laquelle nous sommes entrées est particulièrement intéressante.

Cette tapisserie est difficile à comprendre au premier abord. Elle représente la carte de l’Espagne ainsi que les côtes de l’Afrique du Nord, mais contrairement à notre habitude, la carte n’est pas orientée vers le nord, mais vers le sud. Si bien que la côte maghrébine et le détroit de Gibraltar se trouvent vers le haut et les Pyrénées vers le bas. Cette carte témoigne des ambitions de Charles Quint qui lança une série d’expéditions victorieuses sur la Tunisie.
Nous allons ouvrir une petite parenthèse au sujet de Charles Quint. Ce souverain très célèbre régnait sur un empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais. Il était le plus puissant souverain chrétien de son temps. Et il atteint en partie cette position par le biais d’une série d’héritages prestigieux. En effet, par ses grands-parents paternels, il hérita des droits des Habsbourg sur le trône du Saint-Empire romain germanique et fut élu empereur en 1519, sous le nom de Charles Quint. Il avait juste 20 ans. Il détenait aussi en propre l’héritage bourguignon des Pays-Bas du Nord et du Sud. Par ailleurs, il était l’héritier de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille, ses grands-parents maternels ; Cet héritage lui permit de régner non seulement sur l’Espagne unifiée, mais aussi sur les nouvelles colonies d’outre-Atlantique. On peut comprendre que Charles Quint, qui est en fait Charles 1er pour l’Espagne, ait été imbu de sa mission impériale et qu’il ait eu des prétentions universelles. Ceci explique ses interventions en Italie contre les rois de France ; et cela explique aussi qu’il ait continué la reconquista de l’autre côté de la Méditerranée.
C’est donc tout cela qu’illustrent ces superbes tapisseries qui ont non seulement un rôle décoratif, mais aussi une fonction symbolique essentielle.


<< 23 - La chapelle gothiqu...         25 - La salle des fêtes... >>

Sommaire complet du dossier :