La place de Piccadilly Circus

West end des noctambules : un monde de spectacles.

La place de Piccadilly Circus

Nous voici donc à Piccadilly. Mais savez-vous d'où vient le mot Piccadilly? Il vient de piccadils, sorte de faux cols très hauts et très empesés que portait une certaine jeunesse dorée au 17e siècle. Un marchand tailleur, enrichi dans le commerce de cet accessoire de mode, se fit construire une maison à deux pas de notre lieu de rendez-vous. Rapidement la maison sera surnommée Piccadilly hall et le lieu Piccadilly. Si elle a disparu aujourd'hui, le nom, lui, est resté.

Parlons de la place maintenant, de son origine récente, 19e siècle, de son développement et de l’architecture des immeubles qui l’entourent. La place, dans son état actuel, voit le jour au début du 19e. C’est le roi George 4 qui commande à son architecte préféré, John Nash, l'aménagement d'une artère, Regent Street, qui permette de faire communiquer rapidement deux zones résidentielles et huppées de la ville Regent's park au nord et Saint James park où il possédait une résidence. Piccadilly Circus est d'abord circulaire, comme son nom l’indique, mais le percement d'autres avenues à la fin du 19e lui a fait perdre ce caractère.
Cette petite place sur laquelle débouchent les grandes avenues que sont : Regent Street, Piccadilly, Shaftesbury Avenue et Haymarket est devenue au cours du temps la plus bruyante, la plus embouteillée et la plus grouillante de Londres: Il n'y a que le dimanche matin qu'elle retrouve un peu de calme. Cette place est aussi l’une des plus scintillantes de la ville grâce aux grandes enseignes lumineuses qui ornent les édifices qui l'entourent.
Il nous suffit de tourner sur nous même pour nous en rendre compte.
Tournons-nous et mettons-nous dos au critérion. Regardez à droite au fond de la place : vous verrez les seules enseignes qui ont résisté à la pression des associations de sauvegarde du quartier : vous ne pouvez pas ne pas les voir, car elles couvrent presque toute la surface de la façade de l'immeuble situé du coté de Shaftesbury avenue elles annoncent en général les spectacles de music-hall donnés dans les salles des quartiers que nous allons visiter, ou bien, elles font tout simplement office de panneaux publicitaires pour des produits de grande consommation.
La première de ces enseignes fut placée ici en 1910 et sur les façades dès 1923 quand les techniques de l'affichage lumineux furent au point. Et le premier immeuble doté d'une telle enseigne fut le London Pavillon que nous voyons sur la droite le long de l'avenue Coventry; c'est le grand édifice à colonnes majestueuses et fronton
D’ailleurs, le Criterion et le London pavillon sont certainement les immeubles les plus importants de la place. Nous allons en dire 2 mots :
Le Criterion tout d’abord. C'est lui que vous avez derrière vous, ce bel immeuble blanc a été construit dans les années 1870 pour abriter une salle de spectacles et des restaurants qui s'y trouvent toujours. Son architecture est élégante : regardez comme les fenêtres encadrées de colonnettes et les couleurs claires de la façade en font un des éléments luxueux de la place. La salle peut accueillir prés de 600 personnes et, de nos jours, elle accueille une compagnie de théâtre un peu particulière: La Reduced Shakespeare Company qui récrit des pièces très célèbres, dont celles de Shakespeare et qui les joue de façon à ce qu’elles aient l’air complètement improvisées. Ainsi, on a pu voir toute l'œuvre de Shakespeare revue et compactée en une seule séance de 1h30. Le but: faire court!!! Voilà pour cet édifice.
Tournons-nous maintenant vers Le London pavillon. Nous voyons d'ici sa haute façade néo-classique, décorée de grandes colonnes et surmontée d'un fronton triangulaire sur lequel est gravé son nom. D'abord music-hall, il a subi bien des vicissitudes avant d'être transformé en cinéma dans les années 1934. La façade, seul vestige des origines, date de 1885. Le reste, reconstruit au milieu des années 1980 a abrité différentes activités. C’est aujourd’hui une galerie commerciale.

Et maintenant, retournons-nous vers la fontaine. Légèrement décentrée, elle est l'endroit rêvé pour se faire prendre en photos. Regardez le sommet du monument. Il est surmonté d'un petit génie ailé : c'est l'ange de la charité chrétienne. Chose bizarre : il est en aluminium, ce qui est rare pour une statue, et il est aujourd’hui l'image incontournable de Piccadilly Circus. Son caractère symbolique d’ange de la charité s'est perdu au fil du temps, et il est désormais assimilé à un petit Eros, le dieu de l'amour chez les grecs. La fontaine est récente, car elle a été construite en 1892 seulement pour remercier un généreux bienfaiteur, Lord Shaftesbury. Une avenue qui porte son nom débouche d’ailleurs sur Piccadilly Circus et nous allons y aller.


<< 2 - Le quartier West End...         4 - L’avenue de Shaftesb... >>

Sommaire complet du dossier :