Le vieux marché

West end des noctambules : un monde de spectacles.

Le vieux marché

Et maintenant, tournons le dos à l’église. En face, au milieu de la place se trouvent les bâtiments d'un marché. Alors c’est étrange de trouver un marché couvert sur une place qui se voulait aussi prestigieuse. D’où est ce que cela vient? Et bien en fait, le flop immobilier de Sir Russel laissa un grand espace vide. Et, en 1661, pour rentabiliser l'affaire, la famille du comte installa rapidement un marché et une immense halle en plein air.

Les halles drainaient toute une population miséreuse à l'affût d'un emploi de débardeurs, des chenapans qui cherchaient dans les déchets du marché leurs subsistances, des noctambules venus chercher dans les troquets ouverts toute la nuit un peu de réconfort à leur misère. Et très rapidement, Covent Garden devint ainsi l’un des quartiers les plus sordides de la ville. Au 19e siècle, on y construisit une grande halle de verre et métal qui devait abriter le marché aux fruits et aux fleurs. Cette halle servit de modèle à la construction des gares. Plusieurs écrivains célèbres utiliseront ce quartier comme toile de fond de leur roman. Oscar Wilde par exemple nous donne une description sévère du quartier dans son livre "le portrait de Dorian Gray". Mais ce qui fait la spécificité de Covent Garden au temps victorien était le côtoiement de 2 populations étrangères l'une à l'autre. Chacun en tirait avantage : les plus pauvres avaient l'espoir de gagner quelques sous en vendant un bouquet ou en faisant la manche, les plus riches, qui venaient ici au théâtre, avaient l'impression de faire la charité et ressentaient avec volupté le frisson de la peur ou de l'horreur. Certains même s'y encanaillaient en méchante compagnie. Et si les plus grands écrivains anglais ont pris la peine de décrire ce lieu, c'est bien qu'il s'y passait quelque chose autrement plus intéressant que la seule vue d'une halle, fut-elle monument historique. L'ambiance de Covent Garden est le reflet social et intellectuel de toute une époque.
Covent Garden est donc alors l’image par excellence du quartier sordide et misérable. Il faut dire qu'au 19e siècle, l'Angleterre victorienne est en pleine mutation économique. A coter des progrès de l'industrie et des sciences qui permettent l'enrichissement d'une classe sociale élevée, on assiste à une dégradation spectaculaire des conditions de vie des classes populaires. C'est le monde si bien décrit par Dickens. La langue en vigueur à Covent Garden est le cockney, sorte d'argot populaire caractérisé par un très fort accent et une prononciation déformée des mots anglais. Les halles ne déménageront que vers 1974 pour aller s'installer à Batterfield, en périphérie de la ville, ce qui permettra de fluidifier la circulation. Il n’y a donc qu’une trentaine d'années que ce quartier est devenu l'un des centres -culturel, intellectuel et commerçant- les plus courus de Londres.
Ce que nous avons devant nous ce sont donc les anciennes halles, réhabilitées grâce aux associations de riverains. Elles ont ouvert dans leur aspect actuel en 1980.
On en distingue très nettement 3 parties. A gauche, la halle à couverture de métal et de verre est l'Apple market, c'est-à-dire le marché aux pommes. Et qu’y vendait-on ? Et bien, les fruits bien sûr. Cela dit, notons que c’est là que, pour la première fois en Europe, en 1952, on importa le fameux Kiwi. La halle est maintenant une espèce de grand café à plusieurs terrasses. Des boutiques sont installées tout autour. Dans la partie qui donne sur l'autre côté de la place se produisent des bateleurs. À droite, on voit une autre halle. C'était celle aux légumes, dotée d’une partie basse appelée les lower courts ou les cours du bas. Elle est couverte par une grande et magnifique verrière soutenue par des arcades métalliques qui forment autant de cintres. Le style de ces verrières appartient à la fin du 19e, époque où l'on expérimente de nouveaux matériaux tels le verre et le métal. Les poutrelles de fontes permettent de jeter dans l'espace des supports de plus grandes portées que les classiques poutres de bois et de créer ainsi des espaces immenses dégagés des piliers porteurs. Ces grands espaces couverts et lumineux seront utilisés pour toutes sortes d'activité nécessitant de grandes surfaces : marchés, gares, grands magasins, usines…


<< 14 - Le Covent Garden...         16 - Visite du marché... >>

Sommaire complet du dossier :