Guide Limoges



Préfecture du Limousin, Limoges, c'est une ville dans le plein coeur rural du pays. Une ville d'artisanat et de traditions bien ancrées, autoproclamée ''capitale des arts du feu'' : Limoges est avant tout connue pour ses productions de porcelaine, de vitraux et d'émail. Calme et agréable à vivre, Limoges réserve également quelques surprises à ses visiteurs...

On repart généralement de Limoges avec des souvenirs à base de porcelaine ou d'émail dans son coffre... un passage en ville sera toujours l'occasion de s'initier aux techniques de production de ces prcieux matériaux, qui ont fait la renommée de la ville bien au-delà des frontières de la France !

Mais Limoges, Ville d'Art et d'Histoire, a également su valoriser son patrimoine architectural. Ainsi, la cathédrale Saint-Etienne, le quartier du château ou encore le pont médiéval, les belles façades à colombages du centre historique, les places et les hôtels particuliers... Du point de vue culturel, le Musée Adrien Dubouché et le Musée de l'évêché vous présenteront parmi les plus belles collections d'émaux et de porcelaines.

Décorée de 4 fleurs au Concours des Villes et Villages fleuris de France, Limoges possède de très beaux parcs publics que vous prendrez certainement plaisir à découvrir. Mais ce n'est rien en comparaison des vertes promesses de la région de Limoges : le Limousin et ses jolies campagnes, ses terroirs et sa gastronomie, paradis du tourisme vert en effet !

 


Booking.com





Les top lieux du guide Limoges
Eglise Saint Pierre du Queyroix

L’église Saint Pierre du Queyroix est une belle église gothique du centre ville construite entre le XIIIéme siècle et le XVIéme siècle. Certains éléments datent de l’ancienne église romane comme le portail. Le clocher est typique du gothique limousin. N’hésitez pas à rentrer pour y découvrir une belle série d’autels et de statues en bois doré du XVIIéme et XVIIIéme siècle. Prenez également le temps d’observer les vitraux, notamment un vitrail de Jean Pénicaud de 1510. L’église est une des plus vieilles de Limoges mais a été reconstruite à différentes reprises.

Vestiges d'Augustoritum

Augustoritum fondée par l’empereur Auguste à l’époque du Haut Empire romain vers 10 avant JC était la capitale du peuple gaulois des Lémovices, dont le nom est à l’origine du nom Limoges. Cette ville très riche en monuments romains s’étendait sur les coteaux de la Vienne. Le cardo maximus, axe majeur Nord/Sud, se trouvait dans le prolongement du pont Saint Martial, le forum était situé derrière l’actuel hôtel de ville, dont les fondations ont réutilisé d’anciens murs romains. La ville gallo-romaine périclite après les invasions barbares au profit du quartier fortifié autour de la cathédrale paléochrétienne, [...]

Palais de l’évêché, musée municipal

Le musée municipal est situé en face de la cathédrale dans l’ancien palais épiscopal construit au XVIIIéme siècle. Depuis 1912, le bâtiment en forme de fer à cheval, accompagné de deux pavillons d’entrée, d’une orangerie et d’une chapelle qui a conservé l’essentiel de son décor intérieur des XVIIIème et XIXème siècles, accueille les collections du musée municipal. Ces dernières se composent de collections historiques et artistiques de la ville de Limoge. Vous pourrez découvrir plus de 500 pièces d’émaux qui illustrent la production limousine du XIIéme siècle à nos jours. Les collections archéologiques [...]

Cet ancien réfectoire du séminaire diocésain du XIXéme siècle situé au dessus des jardins de l’évêché expose les travaux des compagnons du tour de France. Descendants directs des corporations, les compagnons du tour de France sont une branche du mouvement ouvrier de France. Pour devenir compagnons il faut avoir réalisé un apprentissage, s’être perfectionné lors d’un tour de France et avoir réalisé un « chef d’œuvre ». La liste des métiers est importante : boulanger, charpentier, cordonnier, ébéniste, forgeron, maçon, peintre, plombier, tailleur de pierre, tapissier, sellier, électricien, couvreur [...]

Jardins de l'évêché

Au pied de la cathédrale les jardins de l’évêché offrent une belle vue sur la Vienne et le pont Saint Etienne. Le jardin créé en 1775 a été réhabilité en 1976 en même temps que le palais épiscopal. Les jardins à la Française sont constitués de 6 terrasses. Vous pourrez profiter des formes harmonieuses, des parterres fleuris, des bassins … . Sur deux hectares un jardin botanique est aménagé, il vous permettra de découvrir, grâce à un étiquetage très précis, des milliers de plantes du monde entier.

Ce pont construit vers 1210 est très bien conservé. Il a été construit alors que la ville coupée en deux cités rivales ne disposait que du pont Saint Martial. Il se compose de 8 arches en arcs brisés. Les avant-becs des piles vers l'amont, brise les courants, et les contreforts vers l'aval protége des remous. Le pont en contrebas de la ville commerçante était très animée. Sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, il est encore utilisé par les pèlerins. Jusqu’au milieu du XXéme siècle, la rive droite, coté ville, était occupée par les maisons des laveuses qui utilisaient la Vienne pour le nettoyage. [...]

Ce pont datant des romains reliait Avaricum, Bourges, au sud de la Gaule. Il était situé en contrebas du forum gallo-romain dans le prolongement du cardo-maximus, l’axe Nord-Sud de la ville. En 1182, Henri II de Plantagenêt, roi d’Angleterre et duc d’Aquitaine fait détruire le pont pour punir la ville de son infidélité. 23 ans plus tard, il est reconstruit sur les bases du pont antique. Trois piles du pont reposent sur les fondations romaines, la construction antique est visible du côté aval reconnaissable par ses grands blocs de granit. La portée des arches et la taille des piles sont restés les [...]

Four des Casseaux

Ce four industriel à porcelaine est le dernier des 135 fours à globe qui fonctionnaient au début du XXéme siècle. Construit en 1884, il fonctionne jusqu’en 1959, l’adoption des fours à gaz sonne le glas des fours à globe. Composé de deux niveaux ce four est un four à flamme renversé. Le second niveau, le globe, servait à la première cuisson à 900°C de la porcelaine avnt émaillage, ce niveau est coiffé d’un dôme dont l’orifice central est occupé par une cheminée. Au premier niveau, le laboratoire servait à la cuisson de l’émail à 1400°C. Les flammes entrent dans le laboratoire où la porcelaine cuit [...]

Cette cour intérieure publique du centre ville date du XVIIéme siècle. La cour a été restaurée par le propriétaire des lieux, un ancien architecte. Vous pourrez observer de beaux hôtels particuliers qui donnent sur la cour. Ils sont reliés entre eux par des galeries ouvertes à l’Italienne et des escaliers de style renaissance. Observez le dallage en gassette, cette pierre réfractaire était utilisée dans les fours à porcelaine. Profitez du calme du lieu vierge de toute modernité.

Maison traditionnelle de la boucherie

Cette ancienne boucherie reconstitue le cadre de vie d’une famille de bouchers au XIXéme siècle. Au cœur du quartier de la boucherie, vous découvrirez grâce à des mannequins le quotidien, les outils … d’un boucher de l’époque. La corporation des bouchers à toujours été très importante à Limoges, ce petit musée vous permettra de découvrir un pan important de l’histoire de la ville.

Voir tous les lieux du guide