Guide Opéra de Paris



Photo du guide de voyage Opéra de Paris

L'Opéra national de Paris regroupe en son sein les deux grands opéras de la capitale : l'opéra Garnier, la figure classique, et l'opéra Bastille, dans un écrin contemporain. Chacun de ces prestigieux opéras possèdent son histoire et son caractère, avec des programmations qui se démarquent l'une de l'autre... lors d'une escapade parisienne, une soirée à l'opéra, Garnier ou Bastille, demeure une expérience mémorable...

Les deux opéras de Paris :

- Le Palais Garnier, communément appelé l'opéra de Paris, est un formidable témoin des aménagements urbains opérés par Napoléon III et le Baron Haussmann au XIXe siècle. Inauguré en 1875, la Palais Garnier impose une architecture pleine d'opulence, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur : les fastes, les dorures, les grands escaliers, les loges confortables, la scène magnifique, tout concourt à faire de cet opéra un lieu unique. Accessoirement, il s'agit aussi de l'un des opéras les plus renommés au monde... pour sa programmation !

- Située sur la place de la Bastille, l'opéra éponyme est l'œuvre de l'architecte canadien-uruguayen Carlos Ott. Il a été inauguré 200 ans après la prise de la Bastille, à savoir le 13 juillet 1989. L'architecture moderne de l'opéra Bastille est marquée par la transparence des façades et par l'emploi de matériaux identiques à l'intérieur comme à l'extérieur. Il a été construit pour que chacune des 2700 places bénéficie d'une acoustique homogène.

Ce guide vous permet de tout savoir sur l'Opéra de Paris. Pour des infos sur le programme, rendez-vous sur le site www.operadeparis.fr.

 


Booking.com





Les top lieux du guide Opéra de Paris
Scène du Palais Garnier

Cette scène à l'italienne fut, à l'époque de sa construction, la plus grande scène du monde : 49 mètres de large pour 26 de profondeur, soit une superficie de 1350 mètres carrés. Il faut y ajouter 72 mètres de hauteur. Le plan scénique est légèrement incliné, d'une pente de 5%. Sur les côtés et au lointain, des dégagements permettent de stocker les décors. L'observation de cette scène permet de se convaincre que le Palais Garnier était lors de sa construction destiné [...]

La façade du Palais Garnier

Charles Garnier voyait dans cette façade la partie la plus emblématique de son Palais. En la concevant, il voulut lui assigner deux fonctions principales : suggérer la fête par la profusion des formes et des couleurs, notifier le caractère sacré du monument par une statuaire très fine d?Allégories ? L?Harmonie, La Musique instrumentale, L?Idylle, La Cantate, Le Chant, Le Drame, La Danse et Le Drame lyrique : le Palais Garnier porte sur son frontispice les Arts célébrés à l?intérieur de l?édifice, à [...]

Palais Garnier

Palais Garnier

Charles Garnier voyait dans cette façade la partie la plus emblématique de son Palais. En la concevant, il voulut lui assigner deux fonctions principales : suggérer la fête par la profusion des formes et des couleurs, notifier le caractère sacré du monument par une statuaire très fine d'Allégories ? L'Harmonie, La Musique instrumentale, L'Idylle, La Cantate, Le Chant, Le Drame, La Danse et Le Drame lyrique : le Palais Garnier porte sur son frontispice les Arts célébrés à l?intérieur de l?édifice, à [...]

C'est le coeur du théâtre et sa partie la plus ardue selon Garnier : le lieu où se marient l'art de l'architecture et la science de l'acoustique. Après avoir étudié toutes les grandes salles d'Europe, Garnier conclut que cette forme de fer à cheval était la meilleure pour accorder les exigences contradictoires d'acoustique et de vision.nSi nous associons aujourd'hui la couleur rouge au théâtre, ce n'était pas le cas à l'époque : les théâtres de Paris étaient blancs, bleus, oranges, verts. [...]

Pour Charles Garnier, cet escalier constituait le vrai coeur de son théâtre. L'architecte sut habilement jouer du contraste dramatique qui nous saisit lorsque l'on passe des galeries ou du vestibule, relativement bas de plafond, à ce monument de trente mètres de hauteur. Prêtant une attention toute particulière aux effets psychologiques que peut produire un édifice, Garnier affirmait qu'une salle élevée inviterait le visiteur à élever son regard. Et que trouve-t-on au sommet de cette élévation ? Apollon, Orphée, [...]

Opéra Bastille

Le passant qui voit s'élever l'Opéra Bastille est d'abord frappé par le gigantisme de l'édifice : 50 mètres de hauteur au-dessus du niveau de la rue, auxquels il faut ajouter 30 mètres en sous-sol. Comme au Palais Garnier, les hautes colonnes soulignent l'identité des lieux : un temple destiné à accueillir les spectacles. La façade, toute en transparence, ne cache rien des espaces publics situés à l'intérieur de l'édifice. La frontière entre l'intérieur et l'extérieur semble s'abolir. [...]

Le grand escalier

Le grand escalier commence au 2ème étage du foyer du parterre et rejoint au 7ème étage le foyer panoramique. Entre l'escalier et la façade extérieure se trouvent des salons. Quelques uns sont des fumoirs, d'autres sont destinés aux retardataires qui, via un circuit vidéo interne, regardent la représentation avant de pouvoir gagner leurs places quand le déroulement du spectacle le permetnLa façade est une grande verrière formée de carrés de verre suffisamment épais pour isoler les foyers des bruits extérieurs.nL'escalier, ainsi et les sols des foyers sont revêtus d'une pierre reconstituée à partir [...]

Amphithéâtre Bastille

L'Amphithéâtre est situé sous la Grande Salle de l'Opéra Bastille, il peut accueillir jusqu'à 450 spectateurs. Les gradins, les sols et les murs sont revêtus de 'Blanc de Vérone'. Le plafond est habillé d'un staff peint en blanc. De nombreuses manifestations, dont des spectacles plus particulièrement destinés au jeune public sont programmés dans cette salle.

Ce vestibule circulaire, situé exactement sous la salle de spectacle, servait autrefois à accueillir les spectateurs arrivant en voiture. On peut s'étonner de l'atmosphère assez sombre qui règne dans cette salle : tout est fait pour donner l'impression au spectateur qu'il entre dans une grotte, avant qu'il ne soit ébloui par les feux du théâtre. C'est pourquoi la voûte et les dégagements revêtent un aspect très minéral. Mais l'ombre n'exclut pas la beauté : le sol est orné de magnifiques mosaïques [...]

Le grand foyer du Palais Garnier

Charles Garnier le conçut comme un lieu de promenade pour les spectateurs pendant l'entracte. En pénétrant dans cette galerie, le visiteur est frappé par la profusion des sculptures, des dorures, des peintures et des lustres, par l'abondance des formes et de la lumière : chaque pouce de paroi est modelé, sculpté, en un mot animé. Les colonnes confèrent aux lieux une ordonnance classique : Garnier s'est inspiré des galeries des châteaux de cette époque. La longueur du Grand Foyer - plus de cinquante mètres [...]

Voir tous les lieux du guide


Voir toutes les vidéos de Paris