avis voyageursAvis voyageurs
3 étoiles, avis rédactionAvis rédaction 3/4
La prison de Sighet a été le lieu de nombreuses horreurs sous le régime communiste. Les prisonniers politiques s'y sont succédés de 1947 à 1974, date où la prison ferma ses portes, avant de les rouvrir en 1989, à la chute de la dictature, pour se transformer en musée, témoignant des tortures réalisées en son sein. Deux ans après la mise en place du régime communiste en 1945, la répression s'accentue fortement et de nombreux intellectuels et opposants au Parti sont enfermés dans la prison de Sighet. En 4 ans, de 1948 à 1952, ce sont 180 personnes qui ont été emprisonnées. 51 d'entre eux n'en sont jamais sortis, la plupart morts de faim, d'autres des suites des séances de torture organisées dans le centre carcéral. Parmi eux, Constantin Bratianu, leader du Parti national libéral, Iuliu Maniu, directeur du Parti national paysan, mais aussi Constantin Tataranu, directeur de la Banque nationale roumaine. A l'entrée du musée, vous pourrez vous attarder sur immense fresque avec les visages de tous les hommes et femmes incarcérés et/ou morts durant cette période. La visite vous guidera ensuite dans les cellules, parfois gardées dans leur état d'origine, parfois transformées en petite salle d'exposition où vous trouverez quelques explications sur les conditions d'incarcération, mais aussi sur les motivations et les grands évènements du pouvoir en place à cette époque. Dans la cour, un mémorial a été érigé en l'honneur des emprisonnés. On peut y lire "En mémoire des personnes jeunes et intelligentes, à l'avant-garde de la vie intellectuelle roumaine, qui furent enfermées parce qu'elles ne croyaient pas au communisme et périrent sous la torture dans cette horrible prison."


Informations pratiques Prison - Musée De La Pensée Arrêtée - Muzeu Al Gandirii Arestate - Sighetu-Marmatiei


Booking.com

Activité Sighetu Marmatiei: visites, circuits, transferts, coupe-file, billets d'entrée musées & monuments
Sites populaires dans les environs de Prison - Musée de la Pensée arrêtée - Muzeu al Gandirii Arestate - Sighetu-Marmatiei
Cimetière joyeux - Sapanta

Quoi de plus étrange. Un cimetière que tout le monde qualifie de joyeux. Dans ce petit village reculé du Maramures, un homme, Ioan Stan Patras, a décidé de sculpter et de peindre les croix. C'était en 1935. L'artisan avait même conçu la sienne, que le village a planté avec regret en 1977. Depuis, Dimitri Pop perpetue la fraîche tradition. Les croix, peintes en bleu, sont surmontées de petits haut-vents, tels les portails roumains. Sur chacune d'elles, l'histoire de la vie de la personne ou une anecdote est narrée, accompagnée d'un dessin sculpté d'une scène de vie représentant le défunt. Les textes [...]

Eglise orthodoxe - Biserica - Negresti-Oas

Negresti-Oas est un charmant petit village du Maramures, sur la route entre Satu Mare et Sapanta. Les habitants sont accueillants et n'hésiteront pas à vous renseigner. Sur la petite place du village, une majestueuse église orthodoxe se dresse, étincelante. Impossible de passer à côté sans la remarquer, blanche comme la neige. Ce type d'église se retrouve dans beaucoup de villes au travers de la Roumanie, mais celle-ci, particulièrement bien entretenue, semble avoir été construite la veille ! Les édifices religieux de ce style ne doivent pas avoir plus d'un siècle et ressemblent fortement aux églises [...]

Village de Ieud

Petit village de la vallée de l'Iza dans le Maramures, Ieud mérite le détour pour son ambiance typique des villages roumains actuels, mais surtout pour la fameuse église en bois, reconnue comme étant la plus ancienne du pays. Vous trouverez son chemin en suivant les panneaux Biserica de Lemn din Deal. Si les panneaux ne sont pas aussi précis (cela signifie : église en bois sur la colline), il suffit de monter en haut de la colline qui se trouve à l'est du village. Ouvrez grand vos yeux, ce type d'église n'est pas commun ! Elle est entièrement faite de bois. Autant la charpente et les murs que la [...]

Du côté est de la Piata Libertatii, une cathédrale catholique, rares dans ce pays, se dresse depuis 1786. Les deux tours qui l'encadrent ont été rajouté après coup, en 1837, et donne un côté très latin à l'édifice avec son style néoclassique. La cathédrale a subi les différentes étapes de l'histoire, et surtout la seconde guerre mondiale, qui l'a particulièrement endommagée. Depuis, elle a été restaurée et est de nouveau accessible au public depuis 1961.

La place principale de Satu Mare, la Piata Libertatii, est certainement une des seules choses à voir dans cette ville. Ce sont les immeubles gris qui dominent au-delà du centre-ville. Cependant, quelques monuments d'intérêt permettent à Satu Mare de garder un certain cachet. Sur la place donc, vous verrez certainement en premier l'hôtel Dacia, ancien hôtel de ville et ayant aussi eu la fonction de palais royal dans l'histoire de la région. Cette bâtisse de briques rouges rappelle au voyageur que le pays dans lequel il se trouve possède deux nationalités : roumaine officielle, et hongroise officieuse. [...]

Les deals du moment


Votre voyage en Roumanie







Les voyageurs qui ont vu cette page aiment aussi