avis voyageursAvis voyageurs (4 votes)
2 étoiles, avis rédactionAvis rédaction 2/4
Alors que le dernier roi de Vientiane Chao Anouvong l'avait nommé Vat Satavasahassaram (Pagode aux cent mille en référence aux nombreux écrits anciens et stèles qui se trouvaient dans son Ho Tai, la Bibliothèque), il a été rebaptisé Vat Sisaket (Sisa = tête, ket = tête, certains traduisant par « Grâce de la couronne » ou « Cheveu sur la tête »). Il servit de lieu de résidence au chef des bonzes du pays, vit la célébration d'importantes ordinations et accueillit les seigneurs lao venus payer tribut aux hauts dignitaires siamois durant l'occupation du pays par le Siam. Construit après toutes les pagodes connues de Vientiane en 1818-1824, le Vat Sisaket est pourtant le plus ancien temple bouddhique laissé en état de la capitale. Son originalité ne s'arrête pas là : son orientation à l'ouest face au Mékong et l'existence d'un cloître sont atypiques pour un Vat lao. Ce cloître s'enrichit de niches ornées de 9168 statuettes et de 120 statues de Bouddha, la plupart dans l'attitude de prise de la terre à témoin très populaire au Laos. Dans le Sim (temple principal), d'autres niches décorent le niveau supérieur des murs, mais le niveau inférieur s'habille de peintures murales de jataka très abîmées. Transformé en musée en 1975, on peut encore y voir d'anciennes statues de Bouddha acéphales rangées en vrac dans la réserve, le Hang Hod, une gouttière servant aux cérémonies de passage de niveau hiérarchique des bonzes et le Hao Thien et un porte-luminaire en bois sculpté du XIXème siècle qui fut exposé à l'exposition coloniale de 1931. Ce beau Vat qui a toujours échappé aux pillages et aux dégradations est malheureusement en très mauvais état de conservation. Espérons que le projet de rénovation pour le 450ème anniversaire de Vientiane (en 2010) financé par le gouvernement et par les donations lui redonneront bientôt tout son prestige.


Informations pratiques Vat Sisaket


Booking.com

Activité Vientiane: visites, circuits, transferts, coupe-file, billets d'entrée musées & monuments
Sites populaires dans les environs de Vat Sisaket
That Dam ou le Stupa noir

Ce Stupa noir (That : Stupa, Dam : noir) occupe le centre d'une petite place à deux pas de celle de la Fontaine (Nam Phu) et du marché du matin (Talat Sao). Un Stupa est censé contenir une relique, ce qui ne semble pas être le cas de celui-ci. La date de son édification n'est pas clairement déterminée, mais on parle du XVIème siècle. Ce flou historique le pare d'un voile de mystère qui attire l'attention de certains chercheurs. Son côté délaissé, la rareté des offrandes sur ses rebords témoignent du peu de ferveur dont il fait l'objet. Il faut dire que sa fonction était de protéger la ville grâce [...]

Le Marché du matin ou Talat Sao de Vientiane

Ne vous fiez pas à son nom, résidu d'un temps révolu, car l'incontournable Talat Sao ouvre ses portes à 9h pour les fermer à 17h et ce, tout le long de l'année. Dans trois halls anciens et un nouveau bâtiment moderne, vous trouverez tout, ou presque : artisanat au rez-de-chausée, bijoux, produits électroniques à l'étage, chaussures, vêtements, CD et DVD, papeterie, babioles, mais aussi grignotages en tous genres. Le marchandage est de mise dans ce temple de la consommation ! Mais même si le shopping ne vous attire guère, vous ne regretterez pas ce plongeon au coeur de la vie trépidante de Vientiane, [...]

Le Patuxai de Vientiane

Impossible de manquer ce monument qui anime le coeur de Vientiane ! Il se trouve dans le prolongement de l'avenue Lane Xang, donnant côté sud sur le Palais Présidentiel et au loin, côté nord sur le That Luang. Édifié en 1960, les sculptures inspirées de la mythologie laotienne qui l'ornent sont difficiles à décrypter, même pour un oeil expert. Ce monument librement inspiré de l'Arc de Triomphe des Champs Élysées vaut donc surtout le détour pour ses cinq étages et leur vue panoramique à 360° sur la capitale et pour les tranches de vie qui se déroulent à l'ombre de son imposante structure. Joueurs [...]

That Luang

Incontournable avec sa flèche dorée, le That Luang est sans aucun doute le lieu le plus sacré de tout le Laos. D'ailleurs, les envahisseurs de tous bords ne s'y sont pas trompés en saccageant à chaque fois ce haut lieu symbolique pour montrer leur main mise sur la capitale laotienne. La légende veut qu'un stupa s'y trouvât dès le IIIème siècle, mais aucune trace ne corrobore ces faits. Plus probable : un temple khmer fut édifié à cet emplacement au XIème siècle. La construction du That a été ordonnée par le roi Setthathirat, dont la statue accueille les visiteurs juste avant le stupa, au XVIème [...]

Situé à 24 km au sud-est de Vientiane et à 4 km du Pont de l'Amitié, ce site unique en son genre n'est pas sans rappeler le Palais du Facteur Cheval en France ou plus près du Laos, le Rock Garden de Chandigardh en Inde. Encore appelé Vat alors qu'il ne possède aucune caractéristique des temples bouddhistes, ce jardin est rempli de centaines de sculptures complexes en béton armé ou en briques enduites de ciment d'inspiration hindouiste, bouddhiste et animiste. Sorti de l'imagination d'un moine artiste, un certain Luang Phu Bounleua Sulilat, il aurait été mis sur pied grâce aux dons des fidèles [...]

Udon Thani

Organiser votre prochain périple : Udon Thani Udon Thani est une ville du nord est de la Thaïlande. Elle est située à une centaine de kilomètre de Bangkok et composée de 143 000 habitants. Elle est entourée par des magnifiques forêts, avec une variété de faune et de flore, ainsi que des espèces d’oiseaux rares. La ville est très connue pour ses merveilles archéologiques, ses chutes d’eau attractives et pour ses plages. Elle abrite également des belles montagnes et des rizières fertiles. Comme loisirs, les visiteurs peuvent trouver différents centres sportifs. Les autres activités d’aventures [...]

Le temple de Wat Khaek est situé un peu en dehors de la ville de Nong Khai, a environ cinq kilometres. Pour comprendre l'histoire de ce temple, il faut connaitre l'histoire de Boun Leua Sourirat, artiste laotien. Un jour, lors d'une excurison en montagne, l'homme tomba sur un dénommé Keoku, un ermite qui lui enseigna les mysteres de la foi et du panthéon hindo-bouddhique. A partir de la, Boun Leua Sourirat ressentit le besoin de construire des sculptures au beau milieu de jardins et de nombreux paysans, séduits par l'homme, l'aiderent dans sa tache. Celui-ci débuta d'abord son oeuvre au Laos avant [...]

Les deals du moment


Votre voyage à Vientiane







Les voyageurs qui ont vu cette page aiment aussi