A éviter ! Les destinations phares du tourisme sexuel.

Photo A éviter ! Les destinations phares du tourisme sexuel. © https://www.flickr.com/photos/infanticida/6877554202/ Aleksandr Zykov

thailandeCertains touristes ne se rendent pas en Thaïlande que pour les belles plages...

Le tourisme sexuel se développe à vitesse grand V à travers le globe, à tel point que certains parlent d'industrialisation des corps ! En provenance d'Europe, des Etats-Unis, du Canada, du japon ou encore d'Australie et de Chine, beaucoup d'hommes, mais aussi, dans une moindre mesure, des femmes... Ce phénomène touche avant tout les pays du sud, mais pas seulement : tour du monde des pires destinations de tourisme sexuel, en dix escales :

En Thaïlande :

Temple du tourisme de masse, Pattaya semble une station balnéaire surpeuplée mais ordinaire de jour. La nuit, l'ambiance change : dans la rue principale, des bars à ''danseuses'', des filles partout, qu'abordent des touristes, hommes seuls ou en groupe. Pattaya, Bangkok, Phuket... partout où le tourisme est présent en masse en Thaïlande, le tourisme sexuel l'est tout autant.

Aux Philippines :

Aux décors de rêve des plages des Philippines se substitue une réalité souvent beaucoup plus trouble... dans les grandes villes mais aussi dans les stations balnéaires telles que Pagsanjan, Laguna ou Boracaym, à l'abri des regards dans de grands resorts, la prostitution touche filles et garçons, des adultes mais aussi beaucoup d'enfants...

Au Cambodge :

Tout le monde ne part pas au Cambodge pour admirer les ruines d'Angkor... de nombreux hommes seuls choisissent cette destination avec bien d'autres idées en tête. Ne serait-ce qu'à Phnom Penh, on compte bien plus d'une dizaine de milliers de prostituées. Certains tour opérateurs un peu spéciaux proposent même à leurs clients des séjours sexuels au Cambodge : les pédophiles partent ainsi l'esprit tranquille...

A Cuba :

L'ouverture de Cuba au tourisme de masse est loin d'avoir apporté que des bienfaits... les revenus engendrés ne peuvent masquer les dérives croissantes des touristes nord-américains et européens, qui multiplient les allers-retours à Cuba pour se vautrer au bord de la piscine, en attendant de faire quelques rencontres tarifées pour se tenir compagnie... avec de jeunes Cubains, les pingueros, et de jeunes Cubaines, les jineteras...

En Gambie :

Les hommes ne sont pas les seuls adeptes de tourisme sexuel... en Gambie, ce sont aussi des femmes, généralement d'âge mûr, qui partent seules en vacances. A Banjul, sur les plages, de jeunes garçons jouent aux gigolos avec ces ''Marie-Claire'', comme elles sont surnommées. La majorité n'est pas souvent une frontière à ces relations vénales...

A Marrakech :

Si de nombreux touristes se rendent à Marrakech pour découvrir les beautés de la médina et les richesses de la culture marocaine, d'autres séjournent ici avec des intentions clairement sordides... dans le quartier de Gueliz, de jeunes garçons proposent leurs services, et les clients n'ont rien contre les moins de 18 ans. En outre, des affaires de prostitution de jeunes filles dans de beaux hôtels éclatent régulièrement...

A Saly :

Hôtels de luxe, magnifiques plages, Saly, station balnéaire de la côté sénégalaise, semble pour certains un petit paradis. Plus encore certainement pour les adeptes de séjours sexuels, notamment des hommes vieillissants, mais aussi des femmes, tous très ouverts aux rencontres avec de jeunes autochtones, dont l'âge pour le coup, importe peu...

A Riga :

Bars à hôtesses, clubs de striptease, prostituées bon marché... en terme de tourisme sexuel, la capitale lettone n'est pas bien reluisante. Beaucoup de touristes nord-européens, des jeunes notamment, y partent seuls ou entre amis pour profiter d'un séjour de débauche à moindre prix : un vol low cost et un hostel, Riga ne coûte rien... le reste du budget sert à d'autres desseins.

A La Jonquera :

La législation espagnole est relativement souple question prostitution. Les maisons closes sont légales par exemple. Et à la Jonquera, tout près de la frontière Espagne-France, on a pris la loi un peu trop à la lettre. Ici, les bordels ont fleuri, accueillant les touristes de passage et les amateurs qui prévoient simplement leurs séjours ici... les Français ne sont d'ailleurs pas les derniers.

Maisons closes belges :

Le tourisme sexuel ne recherche pas forcément l'exotisme... en témoigne cette ''ceinture'' de maisons closes qui sépare la Belgique et la France, de Dunkerque au Luxembourg, en passant par Tournai... nombre de Français s'offrent ainsi de petites virées belges, à visées plus sexuelles que culturelles.