Bières et alcools en Alsace

Photo

La province est la principale productrice nationale et l'usine Kronenbourg d'Obernai représente la plus vaste d'Europe.

Il ne subsiste plus aujourd'hui qu'un nombre infime de brasseries industrielles, dont deux uniquement ne sont pas à un grand groupe international... Heineken détient Fischer ; Kronenbourg appartient à un grand groupe agroalimentaire.

La bière, est constituée de quatre ingrédients initiaux : eau, orge, houblon et levure.

L'éventail s'agrandit : ale, rousses, bière de mars ou de Noël et tout un florilège de bières aromatisées (à la tequila, au rhum...).

De récentes petites marques naissent. De vraies bières de coutumes, artisanales, non pasteurisées, brassées dans de menues brasseries (six micro brasseries en Alsace).

Pour apporter chaleur à leurs hivers, les Alsaciens (comme les Lorrains) distillent les Vosges. En débutant par les coteaux : la crème des cerises à kirsch se dodelinent au-dessus de Strasbourg et de Ribeauvillé. Récentes, mais croustillantes : les eaux-de-vie de mirabelle, mûre, fraise, coing, poire williams (rouge !), cassis, reine-claude, quetsche, myrtille, pêche, abricot et surtout prunelle ou framboise... tantôt sauvage. Celles de Villé sont exquises.

Derrière quelques grandes maisons, les petits bouilleurs de cru perpétuent la distillation des vergers privés.

Onéreuses et exceptionnelles : les eaux-de-vie de sorbier, d'alisier, d'acacia, de gratte-cul, de cumin, de baies de houx, de bourgeon de sapin noir et même de truffe !