Ce voisin de train qui vous tape sur les nerfs

train

Si prendre le train peut s'avérer un trajet tout à fait lambda, voire même agréable, il ne faut pas grand chose pour que tout dérape et que cette simple formalité ne devienne un calvaire.

En fait, tout repose sur votre voisin et sur votre capacité mutuelle à coexister durant le voyage, une, deux, cinq heures... habitués à notre petit confort, on aurait tendance à vite se sentir envahi dans notre espace personnel. Et ce de manières multiples et variées. Typologie du voisin insupportable dans le train  :

-Le mélomane  : le son poussé au maximum, même des oreillettes peuvent passer pour des enceintes. Ce dont votre voisin n'a manifestement pas conscience.

-Le cinéphile  : il déploie son ordi en un rien de temps et se passe des films en boucle. Sur la tablette voisine de la votre, il devient impossible de décoller le regard de cet écran animé  ! Vous avez le film, mais pas le son. Marche aussi dans l'autre sens, sauf que vous détestez que l'on regarde par-dessus votre épaule...

-Le bavard  : pendu à son téléphone, il enchaine les conversations et ignore coute que coute les avertissements préconisant de ''passer ses appels depuis les plates-formes''. Pour la tranquillité de tous... et surtout la vôtre.

-Le conflictuel  : dans l'éternelle guerre de l'accoudoir. Celui du milieu, à qui est-il censé revenir  ! Ardemment convoité, le conflit physique et psychologique pour savoir qui posera son coude sur l'accoudoir du milieu débute dès le départ du train.

-L'incontinent  : vous êtes côté couloir, seulement votre voisin lui, côté fenêtre, ne peut passer 10 minutes sans aller aux toilettes...

-Le goinfre : il s'offre un festin au wagon bar, sans jamais consommer sur place, ou simplement, il ramène son propre casse-croûte, qu'il déguste à vos côtés. Quel est le pire  : l'odeur de nourriture qui vous donne faim ou les insupportables bruits de mastications  ?

-Le ronfleur  : même endormi, il trouve le moyen de vous rendre fou avec cet infâme ronflement, gras, régulier, qui finit invariablement par mettre vos nerfs à fleur de peau. Quant à votre sommeil à vous, vous pouvez oublier.

-Le fraudeur  : il n'a pas de billet, bon, c'est son affaire. Le problème, c'est qu'il cherche à vous mêler à son argumentation avec le contrôleur, mais vous, qu'est-ce que vous pouvez bien dire  ?

-Le curieux : le train de 7h part tout juste, et vous vous apprêtez à reprendre votre courte nuit. Seulement votre voisin a une autre idée en tête  : discuter. D'une insatiable curiosité, il n'en démordra pas de tout le trajet. Le pire  : cela part d'une bonne intention, difficile de l'envoyer se faire voir ailleurs  !

-Le dragueur  : reprendre le bavard mais en plus lourd. Il est donc plus facile de s'en débarrasser.

-Le nouveau  : génial, deux sièges côte à côte pour vous  ! Vous allez pouvoir vous allonger et prendre vos aises  ! Sauf qu'au prochain arrêt, qui voilà  ? Votre nouveau voisin.

-L'odorant  : trop parfumé, ou au contraire, douche qui date de quelques jours, bref, son odeur envahira vos narines jusqu'à la fin du voyage.

-Les bandes : car il n'est pas rare de se retrouver dans un ''carré'' infernal, et là, ce n'est plus un, mais 2 ou 3 voisins insupportables que vous risquez de subir  ! Bien évidemment, une mention spéciale est réservée aux familles avec enfants en bas âge. Le pied.

-L'horripilant  : ce voisin qui ne supporte pas ses voisins  ! A force de faire la moue, de soupirer et de prendre des airs exaspérés, il devient tout bonnement insupportable... attention, il est facile de lui ressembler  !