Culture et tradition en Alsace : jours fériés et langue régionale

Photo

En Alsace, le Vendredi saint et le 26 décembre (Saint-Étienne) représentent des jours fériés en accord avec le droit local. Toutes les enseignes affichent portes closes... Mais en général, les 24 et 25 décembre, de multiples commerces le sont aussi.

Une autre particularité locale : les boulangers des deux départements ne produisent pas de pain le dimanche (à de rares exceptions près, surtout en période touristique).

En Alsace, l'alsacien est resté très répandu. Ce dialecte ayant engendré la diffusion de la littérature a la carrure d'une langue. Issu d'une fusion des idiomes alaman et franc, il pactise avec l'alémanique suisse.

En 1945, retour de baton. Comme pour se faire « excuser », certains Alsaciens abandonnent l'alsacien. La TV et les journaux uniformisent.

C'est alors un miracle qu'on l'utilise encore. La langue alsacienne a fortement résisté aux tensions du pouvoir central. A la fois les hommes de plus de 30 ans, mais aussi un grand nombre d'enfants se manifestent dialectophones. Il est envisageable qu'on se confonde dans les langues : une phrase débutée en dialecte est terminée en français. L'Alsacien se cache derrière le dialecte devant des Français, mais utilise le français en présence des Allemands.

Entre 1870 et 1914, le dialecte représentait une arme de lutte contre l'occupant. Désormais, il communique une sensibilité.

Aujourd'hui, le dialecte alsacien diffère selon qu'on le parle dans le Bas-Rhin ou dans le Haut-Rhin.