Le top de la restauration lyonnaise

Au panthéon des tables, dans un périmètre de 20 km autour du centre de Lyon, se dresse Paul Bocuse. Lisez n’importe quel guide - le Michelin - afin de vous familiariser avec ces superlatifs : le descendant de Carême, l’empyrée de la cuisine française et par extension du monde, des classiques indémodables, etc. Dieu merci ! cette institution n’empiète pas le mérite d’une quinzaine de tables gastronomiques dans et autour de la capitale des Gaules. Dans le peloton de tête se distinguent celles drivées par des chefs emblématiques : Nicolas Le Bec dans le 2e arrondissement, Pierre Orsi dans le 6e, Philippe Gauvreau à La-Tour-de-Salvagny et Guy Lassausaie à Chasseley. A leur niveau, des escales gastronomiques de longue date, pérennisées par des chefs exercés : la Mère Brazier dans le 1er, l’Auberge de l’Ile dans le 9e, Alain Chapel à Mionnay et Larivoire à Rilleux-la-Pape. Dans leur roue mordent les Trois Dômes au faîte du Sofitel, l’Arc en Ciel dans la tour de la Part-Dieu et les Terrasses de Lyon pour leur vue époustouflante. Un peu en arrière et dans un ordre de prix croissant, d’après le menu du midi : la Maison Clovis, le Gourmet de Sèze, Christian Têtedoie dans le 6e, l’Auberge de Fond Rose à Caluire-et-Cuire, l’Alexandrin dans le 3e et Les Loges dans le 5e. Enfin, sacrilège serait de mentionner les meilleures tables lyonnaises sans citer trois bouchons au top : le Verre et l’Assiette, la Mercière et Daniel et Denise. >> Hotels à Lyon >> Restaurants à Lyon