Prendre le train avec son vélo

Il est possible de partir partout en train avec son vélo mais les règles ne sont pas toujours claires pour les usagers du train mais aussi pour les guichetiers et les contrôleurs. Voici les règles officielles en France qui s’appliquent dans la plupart des trains d’Europe avec plus ou moins de difficultés. Dans les pays du Sud cela ne pose généralement aucun problème de prendre le train avec son vélo. Deux solutions s’offrent à vous, démonter votre vélo ou non. Si vous démontez votre vélo, il faut démonter les deux roues et le colis doit être transporté dans une housse. En dessous de 120x90x60 cm votre colis est considéré comme un bagage normal. Il existe des housses spéciales transports qui sont relativement chères mais avec du carton et du scotch, et même des sacs poubelles et du scotch, ça passe. Si vous avez des portes bagages et des gardes boues votre colis sera plus grand que la taille autorisée mais les contrôleurs laissent passer si votre vélo est bien emballé. Vous n’êtes cependant jamais à l’abri du contrôleur pointilleux qui peut refuser votre vélo s’il dépasse les dimensions autorisées. Certains contrôleurs vous demanderont de ranger votre colis dans les soutes à bagage du train, notamment dans le TGV, essayez d’éviter si vous ne voulez pas voir votre vélo écrasé sous les valises des autres voyageurs. Si vous ne démontez pas votre vélo, certains trains acceptent les vélos gratuitement : les trains corails, sauf Théoz et Lunéa, et certains TER hors périodes de pointe, Rhône-Alpes, Alsace, Auvergne, Languedoc-Roussillon, Limousin, Alsace et PACA. Dans le TGV, le Théoz, le Lunéa et les autres TER certains trains comportent des wagons réservés pour les vélos que vous pourrez utiliser avec un billet vélo à 10 euros. Vous pouvez vous renseigner aux guichets.