Restos pièges à touristes à Paris?

Photo

En restauration, quelle est la définition d’un piège à touristes ? Un établissement où on paie cher et on mange mal. Les touristes ne sont pas les seuls concernés du reste. A Paris, un francilien peut aussi tomber dans le panneau mais saura où ne pas aller la prochaine fois. Après, tout dépend des goûts et des couleurs. Certains apprécient le faux luxe et la cuisine fourre-tout des établissements Costes (Hôtel Costes, la Grande Armée, le Murat, le Café Marly et le Georges). Il en va de même de nombreux restaurants aux abords des Champs-Elysées (la Païva, Bound, Buddha Bar, Toi, la Villa Spicy) ou ailleurs (le Comptoir, le Télégraphe, le Why Not) qui se veulent gastronomiques mais n’en ont que l’apparence. Au moins a-t-on l’assurance d’y croiser des gens « branchés »… Au palmarès des veilles gloires fatiguées, mieux vaut choisir d’éviter le Procope, le Train Bleu et le Bouillon Racine : seul le cadre y fait effet. Dans la ribambelle des tables exotiques, trompeuses par leur atour finaud, à l’approche du Blue Elephant, de Tsé, de l’Atlas et du Pavillon Noura, autant passer son chemin. Autres tables pour palais déficients : le Kong, le Berkeley et la Gare. Maintenant, si vous aimez, soit vous êtes impressionnable, soit le chef a changé. >> Tourisme à Paris >> Hotels à Paris