Vidéo : Place Bethléem et Mémorial de Jan Hus

Jean Hus voulait réformer l'église et sera brûlé sur le bûcher en 1415 pour hérésie. Son dernier cri sur le bûcher sera «la vérité triomphe» et c'est ce cri qui sera repris en 1918 par Masaryk le 1er président de la République Tchèque, puis par Vaclav Havel. Et en 1915, 5 siècles après sa mort donc, sur la place de la vieille ville, on érigea une statue à la gloire de Jean Huss. La statue est entourée de personnages car Jean Huss est désormais synonyme de toutes les révoltes tchèques. Droit, le regard calé sur l'horizon, Jean Hus incarne l'image du juste envers et contre tout. Alors que ses compagnons sont écrasés par la pesanteur du monde, le corps dans la boue, Jean Hus semble lui plus prêt du ciel, déjà dans la Vérité. On a évoqué l'influence de Rodin chez ce sculpteur et c'est vrai que l'ensemble rappelle les Bourgeois de Calais.