10 raisons de ne pas dormir chez l'habitant

Photo 10 raisons de ne pas dormir chez l'habitant ©

Contrairement au Routard, vous, vous détestez dormir chez l'habitant. Voici pourquoi :

1-Vous détestez faire des rencontres  : du coup, vous évitez tout contact avec l'habitant. Sachant que vous êtes chez lui, le séjour promet. L'accueil impersonnel d'un hôtel, pour vous, c'est très suffisant.

2-Vous vous sentez obligé envers vos hôtes  : repas, bavardages, sorties, etc... impossible de résister à cet hôte chaleureux et débonnaire. Vous en perdez toute votre indépendance  !

3-Une déco de mauvais goût  : votre sens de l'esthétique casanier ne saurait tolérer une déco pareille, totalement has been ou franchement ratée. Le goût des autres... impossible de passer la nuit ici.

4-Impossible de trouver l'adresse  : pas de site internet, de vagues indications au téléphone, une adresse indiquée dans un lieu-dit, une route de campagne ne menant nul part... mais où se trouve cette fichue chambre d'hôtes  !

5-Impossible de faire du bruit  : de quelque nature que ce soit, vous seriez trop gênés de réveiller vos hôtes, qui eux, dorment dans la chambre du dessus.

6-Le logement est insalubre  : aucune norme, aucun contrôle, l'habitant en question ne semble pas apporter un grand soin à son petit chez-soi...

7-Il est impossible de communiquer  : cela arrive surtout à l'étranger, quoique quelques accents bien corsés... bref, l'habitant, loin d'être rompu aux pratiques touristiques, ne parlent que sa langue. Et vous, vous n'en pipez mot  : vous ne parlez que la vôtre  !

8-Vous n'osez rien toucher dans la maison  : jamais vraiment chez vous, impossible de vous sentir à l'aise. C'est à peine si vous osez déplier les draps pour vous coucher, de peur de déranger.

9-L'hôtel vous tend les bras  : pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple  ! Cet hôtel tout confort avec ses étoiles trône en plein centre-ville avec des chambres libres... et tant pis pour le côté authentique.

10-L'habitant est un psychopathe  : bon malheureusement, on ne s'en rend compte généralement que trop tard.